Navigation – Plan du site
Études & Essais

Qu’est-ce qu’une “maison” ?

De Lévi-Strauss aux recherches anthropologiques et historiques récentes
What is a “House” ?. From Lévi-Strauss to Recent Historical and Anthropological Research
Élie Haddad
p. 109-138

Résumés

Cet article propose un retour sur les usages et les significations de la notion de « maison » depuis sa formulation par Claude Lévi-Strauss dans les années 1970 jusqu’aux travaux récents, aussi bien en anthropologie qu’en histoire de l’époque moderne. En confrontant les approches anthropologiques et leurs appropriations par les historiens de la paysannerie et de la noblesse dans la France d’Ancien Régime, cet article tente à la fois de clarifier les débats sur la notion anthropologique de « maison » et, à partir de là, de proposer des pistes pour un travail interdisciplinaire susceptible d’enrichir la compréhension de l’histoire de la noblesse comme de l’histoire de la parenté entre les xvie et xviiie siècles.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Claude Lévi-Strauss et la notion de “maison”, entre comparatisme et anachronisme
Ethnologie, histoire rurale et histoire de la famille : famille-souche et “maison”
Noblesse et “maison” : les ambiguïtés du langage
Nouvelles perspectives anthropologiques et historiques sur la “maison”

Aperçu du texte

Dans Son Livre, paru en 2011, Dionigi Albera critique un certain nombre de notions classiques des études sur la parenté comme celles de famille, ménage, famille nucléaire, famille communautaire et, particulièrement, celles de famille souche et de « maison », « quasi-personnages » qui ont été essentialisés par les chercheurs. Albera démonte les origines idéologiques réactionnaires et autoritaires de la conception de la « maison » paysanne transmise à un héritier unique, tant en France qu’en Autriche, en Allemagne et en Suisse. Cette vision substantialiste d’une forme domestique paysanne dirigée par un chef de famille omnipotent, et d’une unité de production et de consommation à tendance autarcique, a été inconsidérément étendue et appliquée à de multiples contextes. La notion de « maison » charrierait désormais de tels présupposés liés au cadre narratif implicite qui est le sien qu’elle serait devenue un obstacle épistémologique favorisant « irrémédiablement une essentialisation du r...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élie Haddad, « Qu’est-ce qu’une “maison” ? », L’Homme, 212 | 2014, 109-138.

Référence électronique

Élie Haddad, « Qu’est-ce qu’une “maison” ? », L’Homme [En ligne], 212 | 2014, mis en ligne le 24 octobre 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23755 ; DOI : 10.4000/lhomme.23755

Haut de page

Auteur

Élie Haddad

Centre national de la recherche scientifiqueCentre de recherche historique (Crh-Ehess), Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org