Navigation – Plan du site
Études & Essais

Anthropologie et histoire

Anthropology and History
Alfred Adler
p. 119-146

Résumés

La trilogie de Luc De Heusch, Mythes et rites bantous tente, appuyée sur une immense érudition portant sur les civilisations d’Afrique centrale, de fournir des réponses à la question : comment faire dialoguer l’anthropologie et l’histoire ? Luc De Heusch, disciple de Lévi-Strauss, entend appliquer de la manière la plus rigoureuse la méthode d’analyse structurale, dans le premier volume de la trilogie, Le Roi ivre, consacré à un corpus de mythes recueillis dans un certain nombre de sociétés de l’est de la République démocratique du Congo. Dans les deux volumes suivants, au contraire, la place des rites grandit démesurément au détriment, si l’on peut dire, des mythes. Comme il s’agit essentiellement de rites liés à la royauté, donc à des notions telles que légitimité, souveraineté, sacralité du pouvoir, la méthode structurale est alors confrontée à l’histoire et à la contingence de l’événement. Il faut entrer dans le vif du débat qui a opposé l’anthropologue féru d’histoire qu’était Luc De Heusch à l’historien Jan Vansina, lequel était aussi bon ethnologue, pour saisir l’importance des enjeux en cause dans les rapports entre histoire et anthropologie. C’est à propos de la controverse sur le Rwanda, précisément, que l’on prend la mesure de leur gravité en regard de la vérité, qu’on la dise historique ou anthropologique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Faire « dialoguer de manière intime anthropologie et histoire », écrivait Luc De Heusch. Le verbe dialoguer est d’autant mieux choisi qu’il implique que l’on a affaire à deux disciplines qui par bien des aspects sont très différentes. D’abord par leur origine : pour celle de l’histoire, ne faut-il pas remonter jusqu’à Hérodote que l’on célèbre comme le « père de l’Histoire », alors qu’il faut attendre le xixe siècle pour voir naître l’anthropologie comme discipline autonome ? Ensuite, par les présupposés quant à la nature de leur objet : en quête d’intelligibilité, l’historien est à la recherche du sens en établissant de façon aussi rigoureuse que possible ce que furent les événements avant de se demander comment et pourquoi ils se sont enchaînés pour arriver au terme choisi par lui (à telle période située dans le passé lointain ou proche). Les présupposés de l’anthropologie (à ses commencements) la rapprochent des sciences naturelles. Pour certains théoriciens elle y tend ou doit y...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alfred Adler, « Anthropologie et histoire », L’Homme, 213 | 2015, 119-146.

Référence électronique

Alfred Adler, « Anthropologie et histoire », L’Homme [En ligne], 213 | 2015, mis en ligne le 25 février 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23688 ; DOI : 10.4000/lhomme.23688

Haut de page

Auteur

Alfred Adler

Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org