Navigation – Plan du site
Études & Essais

Aux confins de l’anthropologie et de la philosophie

Propos sur l’interrogation en abyme d’un magicien éthiopien : “Qu’est-ce que le rêve ? Qui suis-je ?”
At the Bounds of Anthropology and Philosophy. The Questioning of an Ethiopian Magician under Question : “What are Dreams ? Who am I ?”
Jacques Mercier
p. 93-117

Résumés

La question « qui suis-je ? », centrale pour bien des philosophes, est d’ordinaire délaissée par les anthropologues comme trop particulière, au profit de la notion de personne qu’ils s’appliquent à construire à travers les matériaux de leurs enquêtes. Or cette question, en tant que question, a sa propre dynamique, susceptible d’excéder toute réponse et, par là, les limites du projet anthropologique. Un lettré chrétien éthiopien expert en pratiques ésotériques, en questionnant sur la quiddité du rêve, et, par-delà, sur son origine, en vient à prendre son propre questionnement pour objet. Perdant alors l’immédiate certitude d’être en prise sur le monde, il pose la question « qui suis-je ? ». Ses propos suivants sont doublement intéressants en tant que retombée du questionnement et en tant que traitant du rêve, d’ordinaire exclu du monde des éveillés. De rebond en rebond, ce philosophe, tout en esquissant sa conception du monde, nous fait remonter de ses préoccupations présentes jusqu’à son expérience originaire du rêve et à l’identité qu’il s’est corrélativement construite, sans jamais, pour autant, trouver le repos. Il nous offre ainsi le paradoxe d’un ancrage de la philosophie dans le rêve.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du texte

Homme », « âme », « individu », « moi », « personne », « soi »..., ces notions jalonnent l’histoire de la réflexion ethnologique sur l’appréhension qu’autrui a de lui-même. À la suite de l’article de Marcel Mauss en 1938 (Mauss 1938), le colloque sur la notion de personne en Afrique noire organisé par Germaine Dieterlen en 1971 (Dieterlen, ed. 1973) et le séminaire sur l’identité organisé par Jean-Marie Benoist sous l’autorité de Claude Lévi-Strauss en 1974-1975 (Benoist, ed. 1977) ont constitué des temps forts de cette réflexion. Les ethnographes participant à ces deux entreprises ont élaboré leur discours sur la notion de personne chez tel ou tel peuple, à partir des paroles prononcées par des gens variés en de très diverses situations, à partir d’entretiens thématiques aussi, éventuellement guidés par le questionnaire préparé pour la circonstance par Michel Cartry, en ce qui concerne le premier colloque du moins. Ils ont atteint une généralité qui est l’expression même de la coh...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Mercier, « Aux confins de l’anthropologie et de la philosophie », L’Homme, 213 | 2015, 93-117.

Référence électronique

Jacques Mercier, « Aux confins de l’anthropologie et de la philosophie », L’Homme [En ligne], 213 | 2015, mis en ligne le 25 février 2017, consulté le 22 août 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23677 ; DOI : 10.4000/lhomme.23677

Haut de page

Auteur

Jacques Mercier

Centre national de la recherche scientifique – Université Paris Ouest-Nanterre La DéfenseLaboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org