Navigation – Plan du site
Études & Essais

Ces enfants qui se souviennent de leur vie antérieure

Convocations de certains défunts et nouages de partenariats à Thnaot Chum (Cambodge)
These Children Who Remember Their Previous Lives. Convoking the Deceased and Forming Ties of Partnership in Thnaot Chum (Cambodia)
Steven Prigent
p. 69-92

Résumés

Dans le village de Thnaot Chum au Cambodge, le syncrétisme religieux mêle un bouddhisme theravada issu de l’indianisation à un système de croyances en des entités invisibles plus « autochtones ». Dans ce contexte, une certaine théorie de la renaissance se dessine. En effet, non seulement les gens de Thnaot Chum prêtent aux défunts et aux ancêtres la capacité d’« attraper la vie » (cāp’ jāti) – autrement dit de renaître, mais encore l’entourage d’un enfant s’accorde parfois à reconnaître que ce dernier « se souvient de sa vie antérieure » (cāṃ jāti ; ṭịṅ jāti ; ṭịṅ kaṃṇoet). Dans cet article, j’étudie différents cas d’enfants de Thnaot Chum dont l’identité a été troublée par la présence d’un défunt. Que font et que racontent ses proches lorsqu’ils s’accordent à dire d’un enfant qu’il « se souvient de sa vie antérieure » ? Sur quels critères se construit une telle affirmation ? Pourquoi l’enfant doit-il « oublier sa vie antérieure » (bhlec jāti) ? Comment comprendre cette interrogation sociale sur l’identité d’un enfant ?

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Préambule : la traçabilité des défunts
Se souvenir, puis oublier
Récit 1 Renaître chez la cousine d’une femme convoitée mais manquée
Récit 2 Renaître chez la petite cousine de sa “mère antérieure”
Récit 3 Renaître chez la belle-sœur de sa “mère antérieure”
Récit 4 Renaître chez son propre fils
Récit 5 Renaître chez un enfant de son “épouse antérieure”
Le point de vue des enfants
L’interrogation sur l’identité : qui revient ?
Une mémoire à oublier : malemorts et dissonances inquiétantes
Le nouage d’un partenariat
Pour une minimisation des références faites à l’indianisation
Bouddhisme et permissivité parentale : à propos du karma

Aperçu du texte

Thnaot Chum est un village de riziculteurs khmers situé dans l’Est du Cambodge, dans la province de Kompong Cham et habité par près de cent trente foyers. Le syncrétisme religieux mêle un bouddhisme theravada, issu de l’indianisation, à un système de croyances en des entités invisibles plus « autochtones ». Dans ce contexte, une certaine théorie de la renaissance se dessine. En effet, non seulement les habitants de Thnaot Chum prêtent aux défunts (khmoc) et aux ancêtres (jī ṭūn jī tā) la capacité d’« attraper la vie » (cāp’ jāti), autrement dit de renaître, mais encore l’entourage d’un enfant s’accorde parfois à reconnaître que ce dernier « se souvient de sa vie antérieure » (cāṃ jāti ; ṭịṅ jāti ; ṭịṅ kaṃṇoet). Je voudrais étudier ici différents cas d’enfants dont l’identité a été troublée par la présence d’un défunt. Que font et que racontent ses proches lorsqu’ils s’accordent à...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Steven Prigent, « Ces enfants qui se souviennent de leur vie antérieure », L’Homme, 213 | 2015, 69-92.

Référence électronique

Steven Prigent, « Ces enfants qui se souviennent de leur vie antérieure », L’Homme [En ligne], 213 | 2015, mis en ligne le 25 février 2017, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23666 ; DOI : 10.4000/lhomme.23666

Haut de page

Auteur

Steven Prigent

Institut de recherches asiatiques (Umr 7306), Marseille

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org