Navigation – Plan du site
Études & Essais

Hérode africain

L’Épiphanie à Porto-Novo (Bénin)
An African Herod. Epiphany in Porto-Novo (Benin)
Erwan Dianteill
p. 33-68

Résumés

Alors que les processus de créolisation du christianisme dans les Amériques sont bien connus, il n’en est pas de même pour l’évolution du catholicisme en Afrique aux époques coloniale et post-coloniale. La fête de l’Épiphanie, telle qu’elle est célébrée à Porto-Novo au Bénin depuis 1923, est un cas remarquable d’africanisation du catholicisme. La pièce de théâtre mettant en scène la Sainte Famille, les Rois Mages et Hérode a été écrite conjointement par un missionnaire catholique (Francis Aupiais) et un dignitaire vodou de Porto-Novo (Zounon Medjè, « roi de la nuit »). En un siècle, le texte de cette œuvre s’est diversifié au point de connaître aujourd’hui trois variantes. En utilisant l’ethnographie et l’histoire, on tente ici de restituer le sens politique et religieux de cette célébration depuis son origine : alors que la pièce doit d’abord être comprise comme une correspondance entre Abomey, royaume païen, et Porto-Novo, ville chrétienne, elle donne à voir aujourd’hui, selon les versions considérées, le point de vue des pauvres, des femmes ou des jeunes hommes.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Ethnographie de la Fête des rois à Porto-Novo
L’office
Le théâtre de l’Épiphanie
Procession costumée au marché
L’Épiphanie à Porto-Novo en 1923 et 1926
Solennité de l’Épiphanie (1923)
La Nativité – Mystère (1926)
Un mythe politique
Le texte de l’Épiphanie aujourd’hui

Aperçu du texte

L’ethnologie française s’est relativement peu intéressée au catholicisme en Afrique, en particulier en Afrique occidentale. L’anthropologie des religions y a privilégié l’étude des religions autochtones ou, plus récemment, celle des nouveaux christianismes africains (prophétismes et pentecôtismes), comme si le catholicisme en Afrique était à la fois trop peu exotique, puisque la liturgie et le dogme catholiques semblent a priori invariants, c’est-à-dire conformes à la liturgie européenne, et pas assez moderne, contrairement aux nouvelles Églises africaines créées au xxe siècle. En d’autres termes, le catholicisme semble échapper autant au regard des ethnologues « classiques » qu’à la perspicacité de leurs homologues contemporains. En revanche, l’histoire de l’évangélisation africaine (catholique ou protestante) est largement étudiée, mais il s’agit plutôt d’une histoire institutionnelle des missions, de leurs réussites ou de leurs échecs, que d’une histoire de l’africanisation du ca...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erwan Dianteill, « Hérode africain », L’Homme, 213 | 2015, 33-68.

Référence électronique

Erwan Dianteill, « Hérode africain », L’Homme [En ligne], 213 | 2015, mis en ligne le 25 février 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23657 ; DOI : 10.4000/lhomme.23657

Haut de page

Auteur

Erwan Dianteill

Institut universitaire de FranceUniversité Paris DescartesCentre d’anthropologie culturelle (Canthel), Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org