Navigation – Plan du site
Études & essais

De l’expérience migratoire au Grand Récit de la migration

Le mythe de l’adoption dans la mémoire des Arméniens d’Éthiopie
The Migration, from Experience to the Grand Narrative. The Myth of the Adoption in the Memory of Armenians in Ethiopia
Boris Adjemian
p. 97-116

Résumés

La postérité de la fanfare arménienne des quarante orphelins, accueillie par le prince héritier d’Éthiopie en 1924, nourrit une réflexion sur la manière dont l’historien de l’immigration ou le chercheur en sciences sociales doivent interpréter le lissage qu’opère la narration des acteurs sur la fragmentation de leur propre expérience migratoire. Le mythe de l’adoption des enfants musiciens s’est imposé dans la mémoire collective, à Addis Abeba, parce qu’il corroborait l’image des immigrants arméniens comme fidèles serviteurs des rois d’Éthiopie. L’euphémisation de l’événement participe ainsi à l’élaboration d’un Grand Récit unifié de l’immigration, qui offre aux immigrants et à leurs descendants la possibilité de surmonter l’hétérogénéité de leurs parcours et de leurs origines, de construire du consensus et de la continuité dans la dispersion.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

L’“adoption” des quarante orphelins: retour sur le succès d’un mythe
Vers l’euphémisation d’un contrat d’embauche
De Jérusalem à Addis Abeba Chroniques d’une adoption annoncée
Les vertus fédératrices d’une panthéonisation tardive
Arabkir versus Ayntab: la polarisation de l’immigration arménienne après 1915
Remettre de l’ordre dans le désordre, réconcilier Ayntab et Arabkir

Aperçu du texte

Dans une histoire de l’immigration qui tente de constituer la mémoire des acteurs en objet d’enquête, la mise au jour des témoignages procède souvent d’interactions directes avec ceux ou celles dont le chercheur ambitionne de restituer les itinéraires et les expériences personnelles. Une mutualisation des attentes, qui s’apparente à un travail de « coproduction » des témoignages, s’ensuit alors de l’interrelation qui influe tant sur la conduite de la recherche elle-même que sur l’analyse qui en sera tirée ultérieurement (Dakhlia 1990; Ferrarotti 1983; Bensa 2006). Quel positionnement l’historien de l’immigration se doit-il d’adopter devant la tendance du témoin à instaurer de la continuité dans la narration parcellaire ou complète de son expérience, se faisant l’« idéologue de sa propre vie » (Bourdieu 1986) par cette création de sens, jusqu’à fondre en une trajectoire plus ou moins linéaire ce qui n’était fondamentalement qu’un parcours, proche parfois de l’errance? De même, commen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Adjemian, « De l’expérience migratoire au Grand Récit de la migration », L’Homme, 211 | 2014, 97-116.

Référence électronique

Boris Adjemian, « De l’expérience migratoire au Grand Récit de la migration », L’Homme [En ligne], 211 | 2014, mis en ligne le 07 juillet 2016, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23615 ; DOI : 10.4000/lhomme.23615

Haut de page

Auteur

Boris Adjemian

Institut des mondes africains (Imaf), Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org