Navigation – Plan du site
Études & essais

Sorcellerie et violence épistémologique en Centrafrique

Witchcraft and Epistemologic Violence in Central African Republic
Andrea Ceriana Mayneri
p. 75-95

Résumés

Parmi les Banda de Centrafrique, la référence à la sorcellerie permet d’expliquer et de donner du sens aux expériences du malheur et de la mort. En revenant sur les conditions et le déroulement d’un entretien avec un jeune homme condamné (selon le Code pénal centrafricain) et emprisonné pour avoir commis des actes de sorcellerie, cet article explore la manière dont l’imaginaire sorcellaire s’approprie des éléments du discours scientifique en établissant une hiérarchie entre le pouvoir attribué à la science occidentale et celui attribué aux sorciers. Par une mise en contexte avec la notion foucaldienne d’« épistémè » et celle, introduite par Georges Devereux, des « perturbations » qui affectent la relation ethnographique, ce texte analyse les défis épistémologiques qui soutiennent l’ethnographie de la sorcellerie en Afrique équatoriale.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La sorcellerie chez les Banda
Un “problème de sorcellerie” à Bambari: le cas de Désiré
Figures de l’imaginaire et agentivité
Intronisation sorcellaire
La violence épistémologique
Fétichisme de l’écriture et provocation

Aperçu du texte

En Centrafrique, la prégnance de la sorcellerie comme grille explicative du malheur se greffe sur l’insécurité et la fragilisation des conditions de vie. Comme ailleurs en Afrique équatoriale, l’explication sorcellaire transfigure l’échec et la réussite, la maladie et la santé, dans des expériences « agonistiques » perçues sous la forme d’un gain ou d’une perte mettant en scène un autre, proche et persécuteur (Mary 1987; Tonda 2005). La confrontation entre les représentations de la sorcellerie, d’une part, et les disciplines scientifiques occidentales, avec leurs présupposés épistémologiques, d’autre part, participe de cette expérience agonistique: ainsi, les négociations et les conflits entre des modèles explicatifs différents de la réalité et du malheur ne sont pas sans entraîner des effets sur les données que l’ethnologue recueille sur le terrain.

Ainsi que de nombreuses études l’ont souligné, dans différents contextes de l’Afrique contemporaine les rumeurs sur une prolifération d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrea Ceriana Mayneri, « Sorcellerie et violence épistémologique en Centrafrique », L’Homme, 211 | 2014, 75-95.

Référence électronique

Andrea Ceriana Mayneri, « Sorcellerie et violence épistémologique en Centrafrique », L’Homme [En ligne], 211 | 2014, mis en ligne le 07 juillet 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23607 ; DOI : 10.4000/lhomme.23607

Haut de page

Auteur

Andrea Ceriana Mayneri

Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (Iiac), Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org