Navigation – Plan du site
Études & essais

Dogon virtuels et contre-cultures

The Virtual Dogon and Counter-Cultures
Éric Jolly
p. 41-74

Résumés

Au milieu du xxe siècle, les publications ethnologiques de l’école Griaule présentent la culture dogon comme le reflet d’un système cosmogonique immuable, source d’harmonie sociale et de traditions millénaires. Elles valorisent également ses traits les plus singuliers en les chargeant de significations symboliques ou mythologiques. Transformés en emblèmes de la société dogon puis introduits dans des circuits mondiaux, les éléments ainsi sélectionnés ont progressivement été récupérés et réinterprétés par différents réseaux ou mouvances opposés aux cultures dominantes. Cet article suit la circulation et la transformation planétaires de l’une de ces icônes culturelles – en l’occurrence le génie d’eau nommo – afin d’analyser la genèse d’une world culture dogon composée de symboles rêvés, connectés à des imaginaires transnationaux.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Genèse d’une world culture dogon
La culture dogon archivée par l’école Griaule
Masques dogons: la culture inventoriée et cataloguée
Dieu d’eau: la vulgarisation d’une utopie
“Un système soudanais de Sirius”: les Dogon superstars
Le Renard pâle: synthèse mythique et éblouissement graphique
Les Dogon au cœur du village global
Emblème culturel et symbole identitaire: l’exemple du nommo
Le génie panafricain du verbe
De la négritude au verbe militant
Le génie d’eau dans le tempo
La plasticité du Nommo
Retour au pays natal
Les Dogon primordiaux et l’extraterrestre civilisateur
Premiers contacts avec les extraterrestres: les Nommo astronautes
La nommologie et le décodage de symboles fondateurs
Les Nommo extraterrestres et la science-fiction
Le Nouvel Âge du Nommo
Les Dogon et l’ancienne sagesse des “Maîtres Aliens”
Nommo psychédélique et musique psytrance
De l’imaginaire occidental à l’art dogon pour les touristes

Aperçu du texte

Dans le contexte malien, trois processus conjoints ont été analysés avec précision par les anthropologues: la patrimonialisation et la sanctuarisation de la culture dogon, l’apparition d’un néo-traditionalisme propre aux élites urbaines et la multiplication de spectacles touristiques ou folkloriques organisés à une échelle locale, régionale ou nationale (Ciarcia 2003; Bouju 1995; Doquet 1999). Comme l’a montré Gaetano Ciarcia (2003: 128-133), cette volonté récente de préservation et de valorisation de la tradition dogon se nourrit en partie des publications ethnologiques de l’école Griaule et de la fascination qu’elles suscitent dans le monde occidental. Mais, au lieu d’examiner d’emblée les répercussions de ces travaux à l’intérieur du pays dogon, cet article analyse leur appropriation préalable par différents mouvements extérieurs, alternatifs et transnationaux: New Age, néo-évhéméristes, afrocentristes et avant-gardes littéraires, artistiques ou musicales. Réinterprétant les écri...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Jolly, « Dogon virtuels et contre-cultures », L’Homme, 211 | 2014, 41-74.

Référence électronique

Éric Jolly, « Dogon virtuels et contre-cultures », L’Homme [En ligne], 211 | 2014, mis en ligne le 07 juillet 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23600 ; DOI : 10.4000/lhomme.23600

Haut de page

Auteur

Éric Jolly

CnrsCentre national de la recherche scientifiqueInstitut des mondes africains (Imaf), Ivry-sur-Seine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org