Navigation – Plan du site
Études & essais

Mexico, de San Judas à la Santa Muerte

Logiques votives et rituels transversaux en milieu urbain
Mexico, from San Judas to Santa Muerte. Votive Logics and Transversal Rituals in an Urban Environment
Caroline Perrée
p. 17-39

Résumés

Au Mexique, de nombreux rituels d’offrandes caractérisent la relation qu’entretiennent les croyants avec leurs saints. Ces derniers, officiels ou non reconnus par l’Église, prolifèrent au gré des époques et des contextes socio-économiques. Deux saints sont particulièrement honorés actuellement dans la ville de Mexico: l’un, officiellement catholique, San Judas, l’autre, vénéré en parallèle, la Santa Muerte. La similarité des cultes dont ils font l’objet invite à comparer les rituels de dons et les logiques votives qui les entourent. Il s’agira de répertorier les différentes offrandes qui leur sont faites afin, d’une part, d’analyser les pratiques votives contemporaines et, d’autre part, de voir si ces dons permettent de différencier les saints reconnus, des saints parallèles, ou si les frontières entre les deux catégories ne sont pas plus perméables qu’on ne pourrait d’abord le croire.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Objets et rituels offerts aux saints parallèles: la Santa Muerte à Mexico
“Se ve, se siente, la Santa está presente”, le rosaire de Tepito
Du marché de la magie à Internet
Autels urbains à San Judas et à la Santa Muerte
Un commerce sous haute protection
Orner San Judas, nourrir la Santa
Pratiques communes aux cultes de San Judas et de la Santa Muerte
Des saints, des liens
Le sacré à fleur de peau

Aperçu du texte

Santa Muerte, détail

Santa Muerte, détail

Du Chiapas au Jalisco, de la ville de Mexico à quelque village du Michoacán, de nombreux rituels d’offrandes caractérisent la relation qu’entretiennent les fidèles mexicains avec leurs saints, que ces derniers soient catholiques ou non. De fait, le Mexique est une terre « à saints ». Reconnus ou condamnés par l’Église catholique, ils prolifèrent au gré des époques et des contextes socio-économiques. Du côté des saints officiels, la Vierge de Guadalupe et San Judas Tadeo tiennent le haut du pavé, au point de devenir des emblèmes identitaires. Cela est surtout évident pour la Vierge de Guadalupe, vierge métisse et métissée, qu’arborait sur sa bannière le prêtre créole Miguel Hidalgo alors qu’il levait des troupes, en 1810, au nom de l’indépendance. Saint des causes désespérées, San Judas est quant à lui associé à la ville de Mexico où il a son église (l’église San Hipólito). Du côté des saints parallèles, leur culte se développe le plus...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Perrée, « Mexico, de San Judas à la Santa Muerte », L’Homme, 211 | 2014, 17-39.

Référence électronique

Caroline Perrée, « Mexico, de San Judas à la Santa Muerte », L’Homme [En ligne], 211 | 2014, mis en ligne le 07 juillet 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23587 ; DOI : 10.4000/lhomme.23587

Haut de page

Auteur

Caroline Perrée

Centre d’études mexicaines et centraméricaines, Mexico (Mexique)

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org