Navigation – Plan du site
La parenté de nouveau en question

Kinship as a Relation

La parenté comme relation
Marilyn Strathern
p. 43-61

Résumés

Les perspectives de recherche actuelles en anthropologie de la parenté peuvent tirer profit des travaux effectués sur la nature récursive des relations, qui apportent un éclairage nouveau sur les notions de maternité et de paternité. Ces deux notions sont indissociables l’une de l’autre, mais le fait que cette interaction soit pensée comme une « relation » qui sera ensuite comparée avec d’autres formes de mises en « relations » est une représentation euro-américaine. D’autant que, même si elle est largement répandue, cette approche de la relation ne peut être envisagée que grâce à un dispositif épistémologique spécifique différent et éloigné d’autres contextes. Le présent article, s’appuyant sur des études anglophones, compare diverses manières de concevoir la maternité et la paternité.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

A Question of Choice
An Approach to Kinship : Making Description a Problematic
Motherhood and Fatherhood
Describing Relations Through Relations
What is Concealed in this Description ?
The Tip of the Account
Knowledge as Kinship
Nonetheless

Aperçu du texte

Anyone writing about kinship today does so in the middle of a long anthropological conversation. Here I focus on a largely unexamined but much used concept, the relation, and on a practice that veers from being the object of intense scrutiny to being taken for granted, that of description. Some brief evidence suggesting why these are interesting issues to consider together serves as an introduction.

A Question of Choice

At one point in his splendid account of the Korowai people of West Papua, Rupert Stasch refers to kinship terms as describing, and he quotes a fellow anthropologist’s felicitous phrase, forms of « being-in-relation ». The context is a discussion of kin categories : « the categories say that a persons is his or her relations with certain others » (Stasch 2009 : 132, emphasis in the original). The quotation seemingly spells this out, continuing : « The terms of kinship are inherently linking terms ; [...] they render the self in and through its relation to certain others...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marilyn Strathern, « Kinship as a Relation », L’Homme, 210 | 2014, 43-61.

Référence électronique

Marilyn Strathern, « Kinship as a Relation », L’Homme [En ligne], 210 | 2014, mis en ligne le 16 mai 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23542 ; DOI : 10.4000/lhomme.23542

Haut de page

Auteur

Marilyn Strathern

University of Cambridge, Cambridge (England)

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org