Navigation – Plan du site
La parenté de nouveau en question

Personne et parenté

Person and Kinship
Enric Porqueres i Gené
p. 17-42

Résumés

Les débats sur le totémisme faisaient toute sa place à une parenté comprise comme un réseau solidaire incluant humains et non-humains. Des auteurs comme William Robertson Smith ou Émile Durkheim avaient notamment insisté sur la place d’un corps relationnel et transcendant qui structurait les discours parentaux. L’arrivée de la méthode généalogique vint restreindre notablement la définition de ce qu’est la parenté, donnant lieu, à terme, à des accusations d’ethnocentrisme qui ont marqué l’histoire de la discipline. Pendant les quarante dernières années, après d’âpres débats épistémologiques, l’anthropologie de la parenté a repris, sans s’en apercevoir, certaines des formulations de Smith et de Durkheim quant à la nature des liens de parenté. En même temps, la procréation médicalement assistée a introduit les contextes modernes et technologiques au cœur des préoccupations de l’anthropologie ; tout comme les contextes exotiques, les défis contemporains de la parenté gagnent à être revisités à la lumière de postulats classiques qui mobilisent la notion de personne et celle de transcendance, dans la compréhension des fondements universaux de la parenté.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La personne de la parenté chez William Robertson Smith et Émile Durkheim
Le recentrement généalogique
Généalogie et catégorie
Kinship, descent. L’émergence de la personne dans les études de parenté
La crise épistémologique des Sixties. La transcendance et la personne
La personne à la lumière des nouveaux contextes de la parenté

Aperçu du texte

Depuis les origines de la discipline, la nature des liens de parenté a focalisé l’intérêt des anthropologues. De ce fait, le champ des études sur la parenté s’est vu attribuer des contenus variés, souvent contrastés. Cependant, à l’heure actuelle, un consensus se dégage quant à la définition de ce qu’est la parenté. D’après Marshall Sahlins (2011), la parenté pourrait être conceptualisée comme un réseau relationnel entre personnes et entre groupes de personnes qui se reconnaissent solidaires dans leur être au monde. La teneur de la controverse récente entre Marshall Sahlins et Warren Shapiro rend pertinent le rappel de quelques moments marquants des débats autour de la nature de la parenté. Cela nous permettra de mieux qualifier le phénomène en nous inscrivant dans une tradition de pensée qui est la nôtre. Des références supplémentaires ainsi que la place cruciale des prohibitions de l’inceste, dans les différents contextes identifiés comme « démontrant » que la parenté n’est pas bi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enric Porqueres i Gené, « Personne et parenté », L’Homme, 210 | 2014, 17-42.

Référence électronique

Enric Porqueres i Gené, « Personne et parenté », L’Homme [En ligne], 210 | 2014, mis en ligne le 16 mai 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23538 ; DOI : 10.4000/lhomme.23538

Haut de page

Auteur

Enric Porqueres i Gené

École des hautes études en sciences socialesLaboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org