Navigation – Plan du site
Études & essais

Vers une description naturaliste du phénomène culturel

Les relations causales entre neurobiologie et culture
Towards a Naturalist Descrip-tion of the Cultural Phenomenon: The Causal Relations Between Neurobiology and Culture
Florent Bernard
p. 95-120

Résumés

L’avancée des connaissances en neurosciences, en primatologie et en sciences cognitives nous permet d’aborder l’étude de la culture sous un nouvel angle, en décrivant les mécanismes biologiques à la base des manifestations élémentaires du phénomène culturel. Ainsi, le développement épigénétique du cerveau et l’étude des capacités cognitives au cours de l’évolution des primates ouvrent la voie à la description naturaliste du phénomène culturel par une mise en évidence des relations causales entre données biologiques et anthropologiques. Ces avancées scientifiques remettent en cause l’idée d’un saut entre culture et nature, et montrent à quel point le modèle dualiste nature/culture est un obstacle à la compréhension de l’homme dans son ensemble.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Dualisme et naturalisme
Néodarwinisme et culturalisme
Le modèle de co-évolution gène/culture ou de la double hérédité
L’apport de la biologie dans l’étude de la culture
L’approche neurobiologique du phénomène culturel
Comportement appétitif et consommatoire : les mécanismes d’interaction entre l’organisme et l’environnement
Le comportement appétitif culturel
Besoins fondamentaux et culture : socialité, empathie et conformisme
Le phénomène culturel dans l’évolution
Les pressions de sélection à l’origine de l’augmentation de la taille du néocortex
Les fondations des capacités cognitives des humains
L’écologie comportementale

Aperçu du texte

La culture est sans doute l’un des objets de recherche les plus complexes des sciences humaines et sociales. D’autant plus complexe que plusieurs disciplines ont abordé son étude, chacune avec une vision, une méthodologie et une épistémologie différentes. La notion de culture a été pensée à partir de deux grandes approches : celle de l’anthropologue Edward B. Tylor, qui définissait la culture comme « la totalité des connaissances, des croyances, des arts, des valeurs, lois, coutumes et de toutes les autres capacités et habitudes acquises par l’homme en tant que membre de la société » (1871 : 1) ; et celle de Darwin qui considérait les capacités particulières de l’homme comme fruit de la sélection naturelle. Des conceptions de Tylor et Darwin ont découlé plusieurs courants de pensée allant du culturalisme, qui insiste sur le caractère acquis de la culture, à la sociobiologie, qui tente de mettre en évidence son côté inné. Le fossé entre sciences biologiques et sciences sociales s’est...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florent Bernard, « Vers une description naturaliste du phénomène culturel », L’Homme, 209 | 2014, 95-120.

Référence électronique

Florent Bernard, « Vers une description naturaliste du phénomène culturel », L’Homme [En ligne], 209 | 2014, mis en ligne le 21 mars 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23495 ; DOI : 10.4000/lhomme.23495

Haut de page

Auteur

Florent Bernard

Université libre de Bruxelles Anthropologie et génétique humaine, Bruxelles (Belgique)

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org