Navigation – Plan du site
Études & essais

Une femme, deux visages, un serpent, deux têtes

Cognition, contre-intuition et représentations chimériques
Supernatural Beings as Oddities : Ontological Breach and Chimerical Representations
Baptiste Gille
p. 39-67

Résumés

Au moyen d’une nouvelle démarche anthropologique d’analyse morphologique des entités concrètes – notamment des entités protectrices salish : des esprits féminins et le serpent-à-deux-têtes –, qui nous semble être plus appropriées que les tests abstraits de la théologie expérimentale actuelle, nous présentons la théorie de la violation ontologique proposée par Pascal Boyer et montrons qu’elle peut être développée et étendue à un niveau prototypique. Cette extension permet une appréhension cognitive des entités surnaturelles sur un plan morphologique à partir de descriptions ou représentations iconographiques. Boyer considère que le critère cognitif singulier de la saisie des êtres surnaturels repose sur une violation des attentes d’un domaine ontologique. Nous montrons qu’il y a en effet violation, mais que cette violation se situe – dans certains cas – principalement au niveau des attentes spécifiques ou prototypiques. Nous réhabilitons ainsi le statut de ce que Pascal Boyer nomme « bizarreries », qui sont des formes de constructions chimériques et qui, pour lui, ne constituent pas un critère viable permettant de comprendre la nature des entités surnaturelles.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Les limites épistémologiques du critère de “violation ontologique”
Classification de quelques entités salish à partir des violations ontologiques
Vers une logique positive de la construction des existants surnaturels
Les entités surnaturelles salish comme “bizarreries”
Morphologie de quatre esprits féminins skagit
Les créatures si:lhqey chez les Stó:lō
Retour sur la notion de contre-intuition
La structure chimérique des êtres surnaturels

Aperçu du texte

Pascal Boyer (1994, 2001, 2003) – dont la démarche a des résonances dans les recherches actuelles en cognition religieuse – considère que, pour qu’une divinité puisse être perçue comme une construction théologique pertinente par les individus, c’est-à-dire pour qu’elle puisse se transmettre facilement, être mémorisée, ou expliquer la cause de malheurs et être redoutée, elle doit répondre à un certain nombre de critères cognitifs (Sperber 1996 ; Boyer 2001). En premier lieu, pour être cognitivement optimale, une divinité ne doit pas seulement être « bizarre » et étrange, mais doit aussi pouvoir contredire les intuitions fondamentales que nous avons de grands domaines ontologiques (physique, biologique, psycho- logique). Pour conforter l’hypothèse actuelle selon laquelle les individus disposent de processus cognitifs d’inférence pour chacun de ces domaines ontologiques, Pascal Boyer puis Justin Barrett (Boyer 1998 ; Barrett 2000 ; Boyer & Ramble 2001) ont mené une série de tests montr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Baptiste Gille, « Une femme, deux visages, un serpent, deux têtes », L’Homme, 209 | 2014, 39-67.

Référence électronique

Baptiste Gille, « Une femme, deux visages, un serpent, deux têtes », L’Homme [En ligne], 209 | 2014, mis en ligne le 21 mars 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://lhomme.revues.org/23463 ; DOI : 10.4000/lhomme.23463

Haut de page

Auteur

Baptiste Gille

University of OxfordCentre for Anthropology and Mind, Oxford (Angleterre)

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org