Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Europe

Didier Fassin & Dominique Memmi, eds, Le Gouvernement des corps

Paris, Éd. de l’Ehess, 2004, 269 p., notes bibliogr. (« Cas de figure » 3).
Corinne Delmas
p. 556-558

Texte intégral

1Les situations abordées dans cet ouvrage collectif sur le gouvernement des corps sont « autant de signes de l’immixtion des pouvoirs publics dans la relation privée de l’individu à son destin physique, mais aussi [de] la place croissante occupée par les questions du corps, de la santé et de la vie dans le gouvernement des affaires humaines » (p. 10). Le questionnement est placé par Dominique Memmi et Didier Fassin dans la filiation des analyses foucaldiennes de la gouvernementalité, rendant compte du caractère multicentrique, diffus et intime du pouvoir et des objets sur lesquels il s’exerce, et donnant sens aux formes de résistance à l’autorité et aux espaces de liberté de l’individu. Il s’agit donc de réinvestir le corps dans « ce qui le constitue en le gouvernant » (p. 18), i. e. dans sa relation au pouvoir et à l’autorité, à la loi et à un État qui est aujourd’hui souvent plus un interlocuteur qu’un « ordonnateur exclusif » (p. 24). Ce sont également les logiques multiples dont procèdent les technologies gouvernementales et leur action diffuse qui sont étudiées à partir des jeux de normalisation par lesquels passent les formes de surveillance du corps et des conduites corporelles, et à partir de la gestion des situations auxquelles sont confrontés ceux qui interviennent sur les corps au nom des pouvoirs publics. Ce sont enfin les processus de « subjectivation » mis en œuvre et les « formes d’assujettissement dans lesquelles les individus sont pris » que cet ouvrage aborde par des contributions, d’une part, sur des politiques sanitaires et des pratiques biomédicales et, d’autre part, sur des cas moins évidemment inscrits dans le champ de la santé et de la médecine, telles la prostitution, l’homosexualité, la misère et l’immigration.

2Relevant clairement de la première catégorie, l’étude de Luc Berlivet sur l’éducation pour la santé avec les campagnes de prévention du tabagisme ou de l’alcoolisme montre la transition d’un moralisme paternaliste à une forme davantage incitative ; les actions du Comité français pour l’éducation peuvent ainsi être considérées comme des formes « d’incitation à la subjectivation ». On valorise l’autonomie et on rend les individus acteurs de leur propre contrôle ; on leur fait adopter certains comportements en les faisant agir par souci de distinction.

3Dans son article portant sur les interventions médicalisées autour de la naissance et de la mort (IVG, IMG, fin de vie)1, Dominique Memmi établit que, là encore, il s’agit moins d’imposer des comportements que de les susciter, ces institutions exerçant une influence normalisatrice sur des individus en charge d’eux-mêmes par une « surveillance discursive » déléguée à la périphérie du service public. Cet auteur montre l’importance de l’échange de paroles pour la surveillance des conduites, mais souligne aussi la « mégalomanie pathétique » des institutions2, analyse les caractéristiques d’une « biopolitique bricoleuse » et « sauvage réquisitionnant les imaginaires, les inconscients, la communication infralinguistique » (p. 150), et met en évidence les failles d’un dispositif moins autoritaire que jadis, reposant sur l’obligation de faire parler des sujets raisonnables.

4Martine Bungener, dans son étude du transfert d’une partie de la gestion des corps malades et vieillissants sur la famille, met pour sa part en évidence la confrontation entre l’univers, normatif professionnel et très codifié, du monde hospitalier, et celui, profane et plastique, du cadre domestique. Une division du travail soignant entre médecins et familles devant s’ajuster à l’univers médical s’instaure. Cette sujétion technique fait peser sur les familles une forte contrainte, définit simultanément de nouvelles vulnérabilités et empêche d’ouvrir la question du décalage éventuel entre les objectifs médicaux et les attentes du patient et de sa famille. Cette vulnérabilité, la gestion par l’épuisement des familles, le renouvellement d’inégalités et la mise en contradiction d’une rhétorique du libre choix seraient autant de « risques mésestimés d’une invisible gestion profane des corps » (p. 125).

5Marc Bessin et Marie-Hélène Lechien étudient une autre forme de délégation, celle des activités de soins en milieu carcéral : la confrontation entre des logiques médicales et carcérales et la combinaison d’éthiques professionnelle et profane. En l’absence d’aides-soignantes, et face au refus des gardiens de prison de prendre en charge des tâches féminines qui entreraient en contradiction avec leur rôle institutionnel, les infirmières hospitalières, tout en bénéficiant d’une autonomie renforcée, font le « sale boulot », dont, de ce fait, elles se déchargent sur certains détenus qui trouvent là une forme de revalorisation de soi.

6C’est enfin la question des relations entre normes médicales, normativité sociale et sexualité qui est au cœur de la contribution d’Alain Giami. Ce dernier montre que la médicalisation de l’impuissance aboutit paradoxalement à une démédicalisation de la sexualité. Il étudie la convergence entre les intérêts de l’industrie et des chercheurs, l’explicitation de positions divergentes que permet l’ouverture des débats à l’espace public autour du remboursement des traitements des dysfonctions érectiles, et la modification de la construction sociale de l’impuissance masculine qu’entraîne l’apparition des acteurs publics.

7D’autres contributions portent également sur la sexualité et son contrôle social, mais à propos de pratiques moins évidemment inscrites dans le champ de la santé ou de la médecine. Lilian Mathieu étudie ainsi les positions sur la prostitution qui louvoient entre deux extrêmes – inaliénabilité du corps humain vs libre disposition de son corps –, et met en évidence le pragmatisme d’un État français affectant de défendre ces deux positions. Il explique ce pragmatisme par le caractère composite et éclaté du dispositif français d’encadrement de la prostitution, l’État n’intervenant directement que pour contrôler et réprimer les expressions de la prostitution attentatoires à l’ordre public, et déléguant largement à une multiplicité d’instances le plus souvent privées la gestion des difficultés sociales et sanitaires rencontrées au quotidien par les prostitués.

8L’encadrement étatique et social de la sexualité est également abordé par Daniel Borrillo qui étudie l’institution de l’hétérosexualité conjugale comme modèle de la sexualité légitime et remet en cause l’idée de neutralité éthique de l’État moderne à partir d’une analyse de la hiérarchisation des sexualités instaurée par le droit français. Et selon l’auteur, « ce n’est donc pas autour de la pénalisation directe de l’homosexualité que s’organise le gouvernement des sexualités, mais au moyen du contrôle d’accès aux prérogatives disponibles dans l’univers des conjugalités » (p. 200).

9La construction sociale des corps est enfin abordée par Didier Fassin, à propos de l’exposition des corps dans les suppliques adressées à la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales de Seine-Saint-Denis et au préfet de ce département afin d’obtenir une aide financière ou des titres de séjour pour motif humanitaire. Ces suppliques ont pour point commun le mode d’exposition d’une misère corporelle, qui peut être perçu comme une épreuve humiliante, les demandeurs énonçant une forme de vérité sur eux-mêmes qui ne les autorise guère à se penser comme sujets critiques.

10Cet ouvrage, marqué par un grand pluralisme théorique, offre finalement des contrepoints intéressants à certaines analyses, comme la remise en cause par l’étude de Martine Bungener de la vision optimiste de la démocratie sanitaire. Ces contributions sont également particulièrement intéressantes sur la question de la délégation à des instances privées et profanes de diverses tâches sanitaires et sociales, de la « privatisation » de l’action publique, de ses implications et ambiguïtés. Stimulantes aussi sont les lectures et réappropriations, implicites ou explicitées, des analyses et concepts de Michel Foucault (pastorale de la parole, gouvernementalité, subjectivation, biopolitique…), avec lesquelles l’on peut bien sûr ne pas être toujours d’accord et sous le patronage duquel tous les contributeurs ne se placent d’ailleurs pas. Mais cet ouvrage séduit surtout par son souci de mise en rapport entre les institutions et l’apprentissage par le corps (dans la continuité des travaux de Mary Douglas, Norbert Elias, Pierre Bourdieu…), par son intérêt porté à la construction sociale et politique des corps et à la question de la normativité sociale (abordée de manière contrastée par les différents auteurs), par sa focalisation sur la manière dont les normes sont produites mais aussi sur le sens que nous leur donnons, et, enfin, par sa prise en compte et son explicitation des marges de liberté et de ruse individuelle des acteurs…

Haut de page

Notes

1Qui prolonge son ouvrage sur le mode contemporain de régulation des excès dans les usages du corps procréateur et du corps mourant. Cf. Dominique Memmi, Faire vivre et laisser mourir : le gouvernement contemporain de la naissance et de la mort, Paris, La Découverte, 2003.
2. Cf. aussi : Mary Douglas, Comment pensent les institutions, Paris, La Découverte, 1999 : 108.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Delmas, « Didier Fassin & Dominique Memmi, eds, Le Gouvernement des corps », L’Homme, 177-178 | 2006, 556-558.

Référence électronique

Corinne Delmas, « Didier Fassin & Dominique Memmi, eds, Le Gouvernement des corps », L’Homme [En ligne], 177-178 | 2006, mis en ligne le 12 avril 2006, consulté le 19 août 2017. URL : http://lhomme.revues.org/2315

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org