Navigation – Plan du site
EN QUESTION

Théorie cognitive de la culture

Une alternative évolutionniste à la sociobiologie et à la sélection collective
Scott Atran
p. 107-144

Résumés

Les théories sociobiologiques postulent des normes comme unités fonctionnelles de la sélection naturelle et culturelle. Mais ces théories ignorent la façon dont elles sont représentées dans l’esprit et comment elles influent sur les comportements. Faute de contenu ou de limites fiables, elles ne peuvent se répliquer de manière telle qu’elles satisfassent la sélection darwinienne. Aussi la notion d’un ensemble de normes régissant une société, ou sa « vision du monde », et qui posséderait des avantages d’un point de vue darwinien pour une culture tout entière, n’a guère de sens. Une « expérience de jardin » menée dans les Basses Terres maya illustre les avantages qu’il y a à adopter une approche évolutionniste différente, l’épidémiologie culturelle, si l’on veut procéder à l’analyse causale de la formation et du développement des sociétés. Cette perspective épidémiologique considère les distributions et variations d’idées et de comportements comme un objet d’étude à part entière, elle envisage le désaccord entre personnes comme un signal et non comme bruit ou déviance. À l’instar de l’espèce darwinienne, une culture n’a pas d’existence au-delà des individus et des contextes écologiques qui la constituent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Scott Atran, « Théorie cognitive de la culture », L’Homme, 166 | 2003, 107-144.

Référence électronique

Scott Atran, « Théorie cognitive de la culture », L’Homme [En ligne], 166 | avril-juin 2003, mis en ligne le 08 septembre 2008, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/220 ; DOI : 10.4000/lhomme.220

Haut de page

Auteur

Scott Atran

CNRS, Institut Jean Nicod, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org