Navigation – Plan du site
L'ÉCHANGE EN QUESTION

L’union endogame en Afrique et à Madagascar

Laurent S. Barry
p. 67-100

Résumés

L’auteur propose de vérifier la validité du modèle qu’il avait élaboré pour rendre compte des pratiques agnatiques endogames peules en s’appuyant cette fois sur un vaste ensemble comparatif africain et malgache. Au terme de cette analyse, il apparaît, dans tous les exemples traités, que le «mariage arabe» traduit non pas une «préférence endogame», mais un évitement de l’union avec les parents utérins. L’auteur envisage également la manière dont ce modèle peut être étendu à d’autres types de systèmes matrimoniaux, et serait dès lors susceptible de fournir une alternative aux analyses anthropologiques des systèmes d’alliance fondées sur la théorie de l’alliance ou celle des groupes de filiation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent S. Barry, « L’union endogame en Afrique et à Madagascar », L’Homme, 154-155 | 2000, 67-100.

Référence électronique

Laurent S. Barry, « L’union endogame en Afrique et à Madagascar », L’Homme [En ligne], 154-155 | avril-septembre 2000, mis en ligne le 18 mai 2007, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/22 ; DOI : 10.4000/lhomme.22

Haut de page

Auteur

Laurent S. Barry

CNRS, Laboratoire d’anthropologie sociale, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org