Navigation – Plan du site
 • • • COMPTES RENDUS • • •
Histoire et épistémologie

Évelyne Larguèche, ed. Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 2004, 103-104 : L’injure, la société, l’islam. Une anthropologie de l’injure

Aix-en-Provence, Édisud, 2004, 359 pages
Pierre Bonte
p. 496-501
Référence(s) :

Évelyne Larguèche, ed. Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 2004, 103-104 : L’injure, la société, l’islam. Une anthropologie de l’injure. Aix-en-Provence, Édisud, 2004, 359 p., ill., bibl.

Texte intégral

1Ce numéro spécial de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée développe un projet original : contribuer à la constitution d’une « anthropologie de l’injure » en s’appuyant sur des données rassemblées dans des sociétés musulmanes, c’est-à-dire partageant une commune référence à l’islam, par des anthropologues, des historiens et des linguistes. Projet original car il est peu de travaux sur ce thème de l’injure, mais aussi périlleux car cet « objet » bien particulier présente des difficultés de construction elles aussi bien particulières quand on tente de l’aborder dans une perspective comparative, ne serait-ce que par l’extrême diversité lexicale et idiomatique des énoncés.

  • 1 . Évelyne Larguèche, L’Effet injure : de la pragmatique à la psychanalyse, Paris, PUF, 1983 ; L’Inj (...)

2Évelyne Larguèche qui a présidé à l’organisation de ce numéro s’appuie sur une solide expérience en la matière puisqu’elle a déjà consacré plusieurs ouvrages1 à ce thème. Elle en rappelle certaines conclusions dans son introduction. Il s’agissait néanmoins d’un nouveau défi qu’elle se fixait, puisqu’elle déplace à cette occasion ses analyses du terrain français auquel elle s’était jusqu’à présent consacrée au monde de l’islam, des sociétés musulmanes. Elle se propose par ailleurs de poursuivre le travail de formalisation et de catégorisation entrepris dans d’autres champs disciplinaires en l’inscrivant dans une démarche comparative qui implique un nouvel approfondissement de la problématique de l’injure.

3Certes, au terme de la lecture des dix textes qui illustrent cette démarche, on est conscient que la tâche est loin d’être achevée. Ses limites en sont d’abord les données ethnographiques, historiques et linguistiques dont nous disposons. Les terrains évoqués concernent exclusivement, hors la Turquie et le Liban, les sociétés musulmanes africaines. La plupart des auteurs soulignent par ailleurs qu’ils n’ont pas le plus souvent abordé cette question de l’injure en tant que telle lors de leurs recherches. Les corpus présentent de ce fait une certaine hétérogénéité. Évelyne Larguèche soulève aussi d’autres problèmes qui tiennent par exemple aux difficultés de traduction en français de ces termes idiomatiques.

4Le pari me semble néanmoins tenu grâce au travail d’édition effectué par Évelyne Larguèche qui contribue à donner son unité au recueil en lui fournissant des cadres de formalisation et d’analyse des données auxquels se référent les différents auteurs, ainsi qu’une grille de lecture sans laquelle la juxtaposition des différentes contributions aurait pu paraître difficile à interpréter.

5    

6• Les paroles de l’injure. Venons-en à ces contributions. Plutôt que de les résumer de manière partielle et parfois fastidieuse, j’ai choisi, en assumant ma propre lecture du recueil, de souligner la manière dont elles esquissent l’organisation de ce champ de l’anthropologie de l’injure. Esquisse certes, mais répondant à un projet ambitieux : il ne s’agit pas de traiter de l’injure dans telle ou telle société musulmane, mais de constituer un nouvel objet anthropologique qui n’apparaît pas comme un « petit sujet » d’étude. Il renvoie à d’autres problématiques anthropologiques : la parole, le corps, la personne, l’honneur et le rang, etc. Leur croisement sous ce thème de l’injure nous apporte de nouveaux éclairages.

7L’injure est quasiment, par définition, un fait langagier – même s’il ne s’y réduit pas exclusivement comme le manifeste le « soufflet » introduisant au duel dans nos sociétés occidentales – et, au premier chef, un fait d’oralité. Il est cependant des exceptions dont certaines sont attestées dans ce recueil : les liens entre injure, épopée, conte (etc.) qu’évoque Altan Gokalp dans le monde turc ; les œuvres littéraires fondées sur l’injure dont Évelyne Larguèche analyse une occurrence dans le Bagdad du xie siècle ; sans parler des recueils idiomatiques modernes, mais l’éditeur ne s’intéresse pas prioritairement à cette dimension lexicale sinon à l’appui de la démonstration. Le premier chapitre sous lequel s’inscrit ce nouvel « objet anthropologique » est donc celui qui relève de la parole. Il ouvre immédiatement sur plusieurs dimensions que peut revêtir l’injure.

8Parole dite, parole adressée, l’injure que nous décrit Évelyne Larguèche est une « injure en acte » dans laquelle se distinguent des types de situation – « injure référentielle », « injure interpellative », « juron » – selon le rôle qu’y tiennent les protagonistes : injurieur, injuriaire, injurié, témoin, jureur, etc. Remise dans le contexte et dans la situation où elle se produit, l’injure a une dimension éminemment relationnelle : « l’injure est dans la relation qui crée son énonciation et non dans l’énoncé auquel elle fait croire » (p. 36). Injure « spécifique », elle vise à porter atteinte à l’autre, à « blesser », au plus juste. Ce qui est en jeu, ce sont les identités individuelles et collectives ainsi que le montre Aïda Kanafani-Zahar dans le cas du Liban, en opposant l’« injure double » qui concerne les femmes, les origines filiatives, les comportements religieux des individus concernés et l’« injure simple » qui porte sur la personne. La malédiction, thème récurrent du recueil, mais dont l’étude me semble devoir être encore approfondie, est au cœur des processus d’affirmation et de négation de ces identités (Altan Gokalp).

9Parole transgressive, dont témoigne l’ambiguïté de la malédiction, destinée tout autant à « blesser » qu’à « choquer » en se référant aux valeurs fondamentales, religieuses, sociales, culturelles de la société concernée. Le fait est particulièrement clair dans les « injures non spécifiques » qui empruntent au lexique de la religion et de la sexualité, deux des principaux domaines d’interdit dans ces sociétés musulmanes.

  • 2 . Cf. aussi Hassan Rachik, « Sacrifice et humiliation : essai sur le ‘ar à partir de l’œuvre de Wes (...)

10Le droit musulman n’a d’ailleurs pas esquivé le problème ainsi que le notent Abdel Wedoud Ould Cheikh et Yahya Ould al-Barra. L’injure est un danger (âfa) mais aussi un délit qui peut prendre une extrême gravité quand il s’agit d’une remise en question de la licéité des comportements des femmes musulmanes libres et de bonne réputation (qadhf). La casuistique juridique s’est attachée à définir la nature de ces délits, ou leur légitimité, en les assortissant de peines pénales lourdes si l’injure est attestée. Plus grave encore est l’« injure transcendantale », qui s’adresse à Dieu ou à son Prophète, assimilée à l’apostasie (ridda) et sévèrement punie, sans pour autant que les musulmans interpellent aussi le surnaturel sous d’autres formes : à l’occasion des cultes des « saints », par exemple, sur lesquels on peut jeter le ‘ar (honte et malédiction) s’ils ne répondent pas aux suppliques et sacrifices (Arlette Roth)2.

11Parole « blessante », enfin et surtout, dont l’expression française souligne qu’il s’agit d’une sorte d’« universel » de l’injure dans ses constructions symboliques. La contribution de Claude Lefébure illustre particulièrement ce thème qui est abordé aussi dans d’autres articles. Dans les parlers berbères dont l’auteur est un fin connaisseur, la notion d’injure renvoie immanquablement à cette idée d’« entamer le derme », parfois assimilée à l’arme blanche qui entame la peau avec une efficacité souvent infiniment supérieure à la blessure physique car on ne peut en guérir aussi aisément. Ce parcours dans la berbérité illustre les varia sur ce thème : les relations entre agression physique et verbale, le degré d’acception des unes et des autres, la retenue dans l’agression verbale que met en avant Catherine Taine-Cheikh chez les zawâya (« marabouts ») du Sahara occidental et que partagent les Touaregs de l’Ahaggar, les débordements ignominieux dans l’Algérie contemporaine où l’injure peut s’inscrire dans le corps des victimes (Abderrahmane Moussaoui).

12Les chercheurs qui se sont intéressés aux phénomènes de l’oralité ont unanimement souligné sa contextualisation corporelle. De fait, dans ce recueil, les références au corps sont constantes. Toutefois sur divers modes dont l’un nous échappe en partie et n’est évoqué qu’accessoirement dans l’ouvrage : la corporéité de l’injure verbale (Claude Lefébure), sa manifestation comme geste autant que comme parole (index dressé, bras d’honneur, etc.). Mais, la symbolique du corps et de ses fonctions est au centre des énoncés de l’injure, sur un mode qui privilégie la métonymie dans le monde turc, si l’on suit la démonstration d’Altan Gokalp, plus métaphorique dans les développements que Claude Lefébure consacre à ce thème. Les références au corps humain (barbe, chevelure, doigt, bouche, langue, sexe, anus, etc.) ou à ses attributs culturels (vêtement par exemple), ou encore aux frontières entre l’animalité et l’humanité (A. Moussaoui ; A. Kanafani Zahar) fournissent quelques-uns des principaux signifiants des énoncés injurieux. L’article présenté par Abderrahmane Moussaoui dans le contexte de la violence qui prévaut en Algérie contemporaine revient par ailleurs sur les débordements que je soulignais précédemment en inscrivant dans le corps même des victimes de cette violence (émasculation, démembrement) l’injure suprême qu’est la profanation. Il ne s’agit plus exclusivement de l’exercice de la parole injurieuse mais d’enjeux plus complexes qui correspondent à des systèmes de représentations organisés autour des notions d’honneur et de rang centrales dans ces sociétés tribales musulmanes.

13    

14• Questions d’honneur. La notion d’honneur s’inscrit au croisement des identités individuelles et collectives, des valeurs masculines et féminines, des solidarités et des hiérarchies. Fortement sexualisé, l’honneur féminin (‘irƒ) est un enjeu majeur qui concerne aussi au Liban, ainsi que le souligne Aïda Kanafani-Zahar, l’honneur de la lignée (slîla). Il s’agit à la fois de la transgression d’un interdit, celui de l’évocation de la sexualité, et d’une atteinte contre la personne et le groupe, contre le harîm, domaine de l’interdit et expression de l’identité qui dépasse ainsi par nature la personne au sens où l’entend l’« individualisme moderne ». C’est une cible privilégiée de l’injure dans l’ensemble des sociétés musulmanes. L’atteinte injustifiée à cet honneur féminin et ses conséquences sur la filiation (paternité) sont fortement condamnées par l’islam rappellent Abdel Wedoud ould Cheikh et Yahya ould al-Barra. Cette forme de l’injure peut prendre pourtant une dimension exacerbée dans le contexte algérien contemporain qui se réfère à l’islamisme (A. Moussaoui), dépassant l’expression verbale pour atteindre les corps vivants (femmes dénudées, violées et réduites en esclavage sexuel) ou morts (profanation des cadavres).

15S’appuyant sur des textes anciens de William Marçais, Arlette Roth souligne en revanche le fait que l’injure peut en d’autres circonstances être « tolérée » lorsqu’il s’agit de pairs qui en pratiquent certaines formes effectuées devant des « témoins » qui contribuent à renvoyer dos-à-dos les protagonistes. Elle associe ces pratiques avec les hiérarchies sociales et statutaires au sein de ces sociétés tribales qui, par ailleurs, définissent leurs solidarités et leurs parités en se référant à leurs positions généalogiques, à la filiation et à l’articulation des valeurs masculines et féminines. Catherine Taine-Cheikh, dans une société tribale saharienne fortement hiérarchisée, organise sa contribution sur le thème des distinctions qu’induit l’échange d’injures entre « pairs » ou entre « inégaux », socialement et statutairement. Entre pairs dans le monde religieux (zawâya) où elle a mené ses enquêtes, une éthique d’évitement de la « bouche gâtée » s’impose, et quand cette éthique est remise en question dans des situations de compétition entre tribus ou entre shaykh, elle est « tolérée » mais prend un tour feutré et allusif dont Catherine Taine-Cheikh fournit quelques exemples. Entre personnes de rangs différents l’affaire est plus complexe, oscillant entre l’injure stéréotypée, et acceptée (la gloutonnerie attribuée aux artisans), et la réponse violente du supérieur agressé, ou la « censure » volontaire de la part de celui-ci qui, à la limite, peut même « racheter » un poème satirique à l’auteur pour empêcher sa diffusion. Un cas particulier est l’injure faite par une femme à un homme de rang égal ; la réponse différée est alors parfois d’épouser cette femme et de la quitter aussitôt. Ces différents cas d’espèce ouvrent un champ d’analyse qui me semble particulièrement important et qu’illustrent d’autres auteurs ayant contribué au recueil.

16De manière générale, il apparaît plus difficile de « sanctionner » les « inférieurs » injurieurs que d’agresser verbalement les « supérieurs ». Les « chants de blâme » (Martine Guichard), que dispensent les jeunes Fulbe du Borgou (Bénin) et dont le registre d’agressivité et de vulgarité n’est pas sans rappeler le charivari du Sud de la France, sont administrés au nom des valeurs culturelles de la fulfulde (le comportement attendu des Fulbe). Ils visent tout particulièrement deux catégories sociales : les aînés qui auraient transgressé et, surtout, les femmes, qu’ils peuvent louer ou brocarder s’ils estiment déviant leur comportement vis-à-vis des jeunes hommes. Relayés par les cassettes, ces chants ont un impact destructeur sur ceux qui sont visés et qui pourront éventuellement négocier le « prix du pardon » pour arrêter leur diffusion. La catégorie sociale des cooloyaagal chez les Haal pularube du Futa Toro (Mauritanie) apparaît plus clairement encore comme un mouvement de contestation sociale dans cette société fortement hiérarchisée, mouvement caractérisé par l’outrance, la provocation (port éventuel de vêtements féminins), et qui témoigne d’une véritable « culture de la compétition » (Ibrahima Abou Sall).

17Il n’est pas jusqu’à la « louange » des « supérieurs » par les « inférieurs », en particulier les griots dans ces sociétés musulmanes africaines, qui puisse apparaître comme un mode de l’injure. Louer quelqu’un peut sous-entendre dénigrer voire injurier une autre personne (ou un autre groupe). C’est ce que souligne en en donnant quelques exemples Catherine Taine-Cheikh, et telle qu’elle se manifeste aussi à travers les pratiques des jeunes Fulbe du Borgou.

18L’injure, à côté d’autres manifestations du défi, de la compétition, du classement des individus et des groupes, apparaît ainsi comme une pratique sociale strictement codée qui peut être rapprochée d’autres pratiques : celles liées par exemple à l’alliance de mariage qui, à travers l’interdiction de l’hypogamie féminine relayée par l’islam sunnite malékite, crée des distances statutaires et sociales entre les protagonistes, ou encore au règlement de la violence physique que d’ailleurs la loi musulmane assimile à la violence verbale et gère de manière comparable, implicitement ou explicitement, en termes de réciprocité ou de compensation.

  • 3 . Pierre Bonte, « La notion de “biens de prestige” dans une société saharienne », Journal de la Soc (...)

19Cet ethos, caractéristique des sociétés tribales musulmanes, arabes ou non, est mis en scène dans d’autres manières encore – esthétique, littéraire, ludique et cognitive – par les contributeurs à cet ouvrage, comme dans le cas du vaysh saharien, défi et compétition qui ne porte pas sur les mots mais sur les biens matériels et emblématiques, que j’ai étudiés par ailleurs3.

20    

21• Les mises en scène de l’injure. Au fil des pages, même si aucun des auteurs n’a organisé autour de ce thème sa contribution, se manifestent des formes de « détournement » de l’injure qui en traduisent ces autres usages. Ceux-ci reposent au premier chef sur des effets d’« évitement », jouant sur des mots transformés, usant de procédés conjuratoires, de la décontextualisation. C’est le cas du fameux « Jarnicoton ! » d’Henri IV, le vigoureux Béarnais qui avait l’habitude de jurer au nom de Dieu par « Jarnidieu ! », jusqu’à ce que son confesseur, après sa « conversion » au catholicisme, le père Coton, lui suggère, quant à « jurer », de remplacer le nom de Dieu par le sien. Mais les injures peuvent aussi s’inscrire dans le champ bien connu par les anthropologues des « relations à plaisanterie » et traduire la proximité sociale et affective entre les protagonistes. La raillerie, les injures rituelles qui gomment les effets d’énoncé vont dans le même sens.

22Certains des textes présentés nous permettent d’approfondir cette dernière dimension de l’injure. Ainsi Ibrahima Abou Sall, analysant le mouvement almudagaal ngay des Peuls de Mauritanie, issu de relations d’entraide et de revendication sociale des élèves au soin des écoles coraniques, met en avant les fonctions d’apprentissage de la parole publique, et de la compétition qu’elle implique, au sein de la société haal pulareeße du Futa Toro mauritanien. Rompus à l’arabe classique et imprégnés des valeurs de l’islam, ils font l’apprentissage de la médisance, de la malédiction et de l’insolence à travers leurs interventions comme une manière de gérer cette parole publique et d’intervenir dans leur monde villageois. Mouvement « libertaire », ajoute heureusement l’auteur, que l’on peut observer dans nombre de sociétés, y compris la nôtre (mai 1968).

23C’est sur un autre registre que se compose la « vindicte jouée » que Claude Lefébure voit en œuvre dans divers textes oraux berbères qu’il étudie, en particulier celui recueilli en Kabylie par Basset. Une veillée kabyle, abreuvée d’injures, peut ainsi être interprétée comme un jeu agonistique, qu’il rapproche des devinettes où s’affrontent les enfants, et dans lequel se révèlent les codes des différences entre les sexes et des positions sociales.

  • 4 . Louis Bazin & Altan Gokalp, eds, Le Livre de Dede Korkut : récit de la Geste oghuz, Paris, Gallim (...)
  • 5 . Abou Moutahhar al-Azdî, Vingt-quatre heures de la vie d’une canaille, Paris, Phébus, 1998.

24Je serai tenté de parler des « mille et une injures » pour évoquer une autre dimension cette fois éminemment littéraire de l’« art de l’injure » qu’illustrent les contributions de Altan Gokalp et d’Évelyne Larguèche. L’injure sur le mode imprécatoire de la malédiction fait partie du « Grand Parler » turc qui trouve d’autres expressions à travers l’épopée, à laquelle s’est consacré l’auteur4, le conte et même dans la religion quotidienne. Le roman d’Abou Moutahhar al-Azdî, Vingt-quatre heures de la vie d’une canaille5, dans le Bagdad aristocratique du xie siècle, témoigne d’une fascination à l’égard de l’injure qu’Évelyne Larguèche rapproche heureusement du succès de nos modernes chansonniers, dont Aristide Bruant interpellant les « bourgeois » fut l’un des précurseurs.

25    

26Pour conclure. Il s’agit certes d’un essai mais il me semble bien répondre aux tentatives actuelles de définir de nouveaux objets anthropologiques, de fonder de nouveaux « universaux ». Après tout, si l’on en croit les occurrences historiques, quoi de plus commun à l’humanité que de s’injurier, s’invectiver, se maudire, se railler, se brocarder, bref d’entrer sur ce mode particulier en relation avec les autres. En nier même éventuellement leurs identités les plus profondes est certes un jeu dangereux quand il s’exprime sur le mode du déni (racial par exemple), de la profanation ou de l’humiliation, mais il s’agit toujours, malheureusement, d’un des principes présidant aux relations entre les hommes et entre les sociétés humaines dont l’anthropologie se doit, sans s’interdire pour le coup les jugements éthiques et politiques, de traduire les règles.

Haut de page

Notes

1 . Évelyne Larguèche, L’Effet injure : de la pragmatique à la psychanalyse, Paris, PUF, 1983 ; L’Injure à fleur de peau, Paris, L’Harmattan, 1993 ; et Injure et sexualité : le corps du délit, Paris, PUF, 1997.

2 . Cf. aussi Hassan Rachik, « Sacrifice et humiliation : essai sur le ‘ar à partir de l’œuvre de Westermarck », in R. Bourquia & M. al-Harras, Westermarck et la société marocaine, Rabat, Publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines, 1999: 167-183.

3 . Pierre Bonte, « La notion de “biens de prestige” dans une société saharienne », Journal de la Société des Africanistes, à paraître.

4 . Louis Bazin & Altan Gokalp, eds, Le Livre de Dede Korkut : récit de la Geste oghuz, Paris, Gallimard, 1998.

5 . Abou Moutahhar al-Azdî, Vingt-quatre heures de la vie d’une canaille, Paris, Phébus, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Bonte, « Évelyne Larguèche, ed. Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 2004, 103-104 : L’injure, la société, l’islam. Une anthropologie de l’injure », L’Homme, 175-176 | 2005, 496-501.

Référence électronique

Pierre Bonte, « Évelyne Larguèche, ed. Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 2004, 103-104 : L’injure, la société, l’islam. Une anthropologie de l’injure », L’Homme [En ligne], 175-176 | juillet-septembre 2005, mis en ligne le 30 novembre 2006, consulté le 26 mai 2017. URL : http://lhomme.revues.org/2047

Haut de page

Auteur

Pierre Bonte

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org