Navigation – Plan du site
 • • • COMPTES RENDUS • • •
Histoire et épistémologie

Daniel Céfaï. L’Enquête de terrain

Paris, La Découverte, 2003, 624 pages
Samuel Lézé
p. 487-490
Référence(s) :

Daniel Céfaï, L’Enquête de terrain, Paris, La Découverte, 2003, 624 p., notes bibliogr. (« Recherches »).

Texte intégral

  • 1 . Il y a évidemment de notables exceptions. Citons, par exemple, l'auteur le plus fécond et systéma (...)
  • 2 . Les TD «méthode de recherche », lorsqu’ils existent dans les cursus d’anthropologie français, son (...)

1La littérature anthropologique française fait peu de cas du travail de terrain1. Les raisons de cette carence ne sont pas bien difficiles à déterminer. La présentation du terrain, lorsqu’elle n’est pas renvoyée dans un hors-texte romancé, se réduit à l’évidence de son objet d’investigation. Inutile de montrer comment se construit l’unité d’analyse lorsqu’elle se confond avec l’unité d’un groupe ou d’un lieu, converti en rente perpétuelle. Le récit des conditions de production du savoir anthropologique se fait encore plus rare puisqu’il est convenu de répéter à satiété que ce travail ne saurait être formalisé. Inutile d’exposer les procédures suivies et le cadre de l’enquête lorsqu’on présuppose que le dépaysement suffit pour garantir la qualité de son objectivation. Par conséquent, le travail de terrain ne se transmet pas, il s’éprouve2. C’est une initiation justifiable, au mieux d’anecdotes secondaires ou exemplaires qu’on livre à ses pairs, au gré des circonstances avec un sourire entendu. Comme dans cette perspective le véritable travail reste la mise en cohérence théorique du matériel recueilli, purement empirique, autant passer sous silence les multiples contingences du terrain.

2Ces naïvetés courent toujours les rues de la discipline. Elles inspirent encore de nombreux travaux. Les dénoncer ou ironiser à leur propos ne suffit pas à les ruiner. Il ne faut pas surestimer les rapports de thèse et les comptes rendus critiques. Ce serait y substituer une forme de naïveté encore plus élaborée. Le dialogue de sourd qui s’installe alors perdure aussi longtemps que les approches anthropologiques, qui, en survalorisant les théories et en surinterprétant les faits, révèlent leur connivence avec l’ordre académique. La dévalorisation ou la subordination du travail de terrain au profit de l’étude des «grands auteurs» est instituée. Or, en retraçant l’histoire de cette pratique savante, en traduisant des articles clés sur le sujet, l’ouvrage remarquable de Daniel Céfaï, va sans aucun doute contribuer à renverser les hiérarchies établies, les partages disciplinaires et les idées reçues. Beaucoup d’arbitraire et d’évidence devraient enfin poser problème aux anthropologues qui ne cessent d’osciller entre mythification et démythification de leur activité.

  • 3 . Stéphane Beaud & Florence Weber, Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 1998; Howar (...)

3Si le travail de terrain est un travail, en quoi consiste-t-il? Cette question, qui rompt avec «le terrain-initiation», était déjà au cœur de deux précédentes publications, guides indispensables, parus chez le même éditeur3. Daniel Céfaï ne propose pas un manuel méthodologique de plus, genre ô combien suspect, faisant habituellement commerce de l’angoisse des étudiants confrontés à la «boîte noire» de l’enquête. Il propose, au contraire, d’expliciter la genèse (partie I), les mises en question (partie II) et les modalités du travail de terrain dans les sciences sociales, et plus particulièrement son développement en sociologie (partie III). L'auteur fournit à la fois les principales pièces du débat (soit la traduction de plus de vingt articles) et un appareil critique et bibliographique considérable qui indique d’ailleurs l’ampleur des traductions qui restent encore à réaliser. Chaque partie du dossier instruit est ainsi problématisé, une postface en tire les principales leçons. De ce fait, l’apport de Daniel Céfaï n’a pas seulement consisté à réunir ou traduire des articles souvent dispersés ou éloignés, il a augmenté l’intelligibilité des questions soulevées par le travail de terrain en tant que travail réflexif et critique.

  • 4 . Cf. aussi Florence Weber, «Settings, Interactions and Things. A Plea for Multi-Integrative Ethnog (...)

4La «présentation» de la première partie compare et traite de façon symétrique les contextes d’apparition du travail de terrain en France (folklorisme et ethnologie coloniale), en Grande-Bretagne (de Bronislaw Malinowski à l’école de Manchester) et aux USA (de Lewis Morgan à l’école de Chicago). C’est sans doute l’une des formulations les plus synthétiques sur le sujet4. Des questionnaires d’enquête collective (idéal d’exhaustivité) aux questions critiques (débuts d’une problématisation) qui se posent à l’anthropologue pour un temps esseulé, en passant par les missions ethnographiques (Dakar-Djibouti, Sologne, etc.), le travail de terrain révèle son évolution, sa polysémie et sa richesse. L’autorité d’un mode d’accès qui privilégie les dimensions prosaïques de la vie sociale – l’ordinaire – se construit progressivement par le transfert de pratiques d’un terrain à l’autre. De nombreuses passerelles existent tout d’abord entre les études du populaire et du primitif, puis elles sont institutionnellement séparées, pour enfin se réunir dans les études urbaines, à commencer par le genre monographique et l’insularité supposée de l’objet (communauté, village, quartier, déviants, etc.). Les quatre articles traduits à l’appui sont judicieusement choisis, chacun procédant systématiquement à la critique historique des figures supposées fondatrices de cette pratique savante, que l’on pense à Malinowski ou à l’école de Chicago. L’analyse se clôt sur un inventaire des «annexes méthodologiques» qui font rapidement leur apparition pour répondre aux soucis de fiabilité et de validité des enquêtes de première main.

  • 5 . George Marcus & Dick Cushman, «Ethnographies as Texts», Annual Review of Anthropology, 1982, 11: (...)
  • 6 . Nicolas Dodier & Isabelle Baszanger, «Totalisation et altérité dans l’enquête ethnographique», Re (...)
  • 7 . Alan Rumsey, «Ethnographic Macrotropes and Anthropological Theory», Anthropological Theory, 2004, (...)
  • 8 . Samuel Lézé, «La totalité en anthropologie», Ier congrès de la Société de philosophie des science (...)

5La deuxième partie dégage les enjeux de la controverse concernant le statut du travail de terrain. Le débat relance la querelle, fort ancienne, des méthodes. La scientificité a-t-elle un modèle unique ou dual, les sciences sociales (ou historiques) ayant alors leur particularité et leur autonomie? Le tournant linguistique et herméneutique en anthropologie qui défend cette autonomie donne une mise en forme textuelle aux actions (Clifford Geertz) ou met radicalement en question le texte ethnographique, le genre réaliste et le travail même de description (James Clifford). Cette démarche vire rapidement au postmodernisme. Reste néanmoins un point important qui n’est pas abordé par Daniel Céfaï. L’objectif d’une approche rhétorique du texte ethnographique et de la critique du réalisme ethnographique classique est, comme l’indi­quent Georges Marcus et Dick Cushman5, avant tout épistémologique. Il ne s'agit pas de réduire l’anthropologie à une sorte de critique littéraire, de suspendre toute production nouvelle de connaissance, mais seulement d’y introduire une dimension critique qui semble curieusement lui faire défaut… Le problème énoncé montre ainsi ce que certains auteurs ont appelé la crise de la totalisation6: comment intégrer les descriptions de situations, par nature fragmentaires et complexes, dans un tout sans recourir à une totalité culturelle ou sociale pourvoyeuse de cohérence7? Interroger le concept de totalité est crucial car il est constamment invoqué pour fonder l’anthropologie8.

  • 9 . Anselm Strauss & Barney Glaser, The Discovery of Grounded Theory. Strategies for Qualitative Rese (...)

6La troisième partie retrace le développement, aux États-Unis, du travail de terrain en sociologie sous l’appellation de «méthodes qualitatives». Les années 1940 et 1950 présentent une multiplicité de formules d’enquête. Alors que Lloyd Warner de retour d’Australie propose une «anthropologie sociale du monde moderne» (p. 311), William Foot Whyte propose une «analyse dynamique du changement» (p. 312) à travers des études de cas. La sociologie des professions d’Everett C. Hughes prolonge ces approches où anthropologie et sociologie se recoupent largement. Tout concourt à développer une réflexion sur les propriétés du travail de terrain dont les articles traduits se font l’écho. Le problème de la validité de l’induction (analytique) va alors se trouver au centre du débat et aboutir à la formulation de la Grounded Theory d'Anselm Strauss et Bernard Glaser qui prend le contre-pied des méthodes quantitatives dominantes et tente de donner au travail de terrain ses lettres de noblesse9. L’ambition est claire: il n’est plus question de produire de simples descriptions, mais des théories! Le travail de terrain devient de bout en bout théorique.

  • 10 . Sur le renouvellement de l’anthropologie par ses terrains contemporains voir Benoît de L’Estoile (...)

7L’ouvrage se termine par une volumineuse postface de 150 pages intitulée «L’enquête de terrain en sciences sociales». Daniel Céfaï reconnaît qu’il est impossible de parler de travail de terrain en général. Polysémique, le terme voisine en effet avec divers qualificatifs (observation participante, étude de cas, description ethnographique, etc.) recouvrant des pratiques que l'on peut certes rapprocher selon leur air de famille, mais non réduire à une seule matrice. La difficulté s'accroît d'autant plus que ne cessent de se renouveler échelles et unités d'analyses possibles10. Cela n’interdit pas de dégager et de systématiser les questions qui se posent peu ou prou lors d’une enquête. La particularité de chaque terrain actualise un travail de questions et de décisions, une stratégie d’enquête et une réflexivité (pp. 524-527). Cette approche heuristique rigoureuse ruine toute forme de méthodologisme qui poserait a priori l’angle d’approche de la démarche. L’incertitude qui règne et qui heureusement s’estompe par la suite, est une condition essentielle. La recherche s’oriente à partir des indices de pertinence relevés sur le terrain. Au carrefour de divers mondes (en tant que personne, acteur et intellectuel) et au travers de multiples situations sociales ordinaires, les savoir-faire et les compétences sociales du chercheur (soumis aux effets de genre, de classes, etc.) sont sollicités, en mêlant inextricablement considérations épistémologiques (fiabilité et validité), éthique et politique. Anthropologie et sociologie convergent alors dans leurs procédures puisque, avec la fin du grand partage les terrains ne les distinguent quasiment plus. Est-ce à dire que les disciplines ne font plus qu’une? Sans le décréter aussi brutalement (pensons à certains propos de Pierre Bourdieu), cette convergence tend plutôt à indiquer que l’anthropologie est une science sociale. Cette conclusion, que n’a pas cessé, au fond, de défendre Georges Balandier, n’est pas aussi triviale qu’elle n’y paraît, car on ne peut se dissimuler les tentatives d’intimidation de ceux qui, au nom de la scientificité, tentent d’imposer des modèles naturalistes ou psychologiques en anthropologie.

Haut de page

Notes

1 . Il y a évidemment de notables exceptions. Citons, par exemple, l'auteur le plus fécond et systématique en la matière, Jean-Pierre Olivier de Sardan. Mais ce sont généralement des sociologues mettant à profit le travail de terrain, plus soucieux de la qualité de leur enquête, qui ont apporté comme Daniel Céfaï leur contribution à l’intelligibilité des pratiques savantes de recherche. Lire aussi Daniel Bizeul, «Le récit des conditions d’enquête: exploiter l’information en connaissance de cause», Revue française de sociologie, 1998, 49(4): 751-787.

2 . Les TD «méthode de recherche », lorsqu’ils existent dans les cursus d’anthropologie français, sont loin d’être satisfaisants pour les débutants…

3 . Stéphane Beaud & Florence Weber, Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 1998; Howard S. Becker, Les Ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, La Découverte, 2002. Ces deux guides heuristiques, loin du formalisme scolaire des manuels, éveillent l’intelligence anthropologique de l’apprenti et favorisent la production d’un savoir nouveau.

4 . Cf. aussi Florence Weber, «Settings, Interactions and Things. A Plea for Multi-Integrative Ethnography», Ethnography, 2001, 2 (4): 475-499.

5 . George Marcus & Dick Cushman, «Ethnographies as Texts», Annual Review of Anthropology, 1982, 11: 25-69.

6 . Nicolas Dodier & Isabelle Baszanger, «Totalisation et altérité dans l’enquête ethnographique», Revue française de sociologie, 1997, 38 (1): 37-66.

7 . Alan Rumsey, «Ethnographic Macrotropes and Anthropological Theory», Anthropological Theory, 2004, 4 (3): 267-298.

8 . Samuel Lézé, «La totalité en anthropologie», Ier congrès de la Société de philosophie des sciences, «Tout et Partie», Paris, 22 janvier 2005, ENS.

9 . Anselm Strauss & Barney Glaser, The Discovery of Grounded Theory. Strategies for Qualitative Research, Chicago, Aldine, 1967.

10 . Sur le renouvellement de l’anthropologie par ses terrains contemporains voir Benoît de L’Estoile & Michel Naepels, eds, Critique, 2004, 680-681: Frontières de l’anthropologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Lézé, « Daniel Céfaï. L’Enquête de terrain », L’Homme, 175-176 | 2005, 487-490.

Référence électronique

Samuel Lézé, « Daniel Céfaï. L’Enquête de terrain », L’Homme [En ligne], 175-176 | juillet-septembre 2005, mis en ligne le 30 novembre 2006, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://lhomme.revues.org/2042

Haut de page

Auteur

Samuel Lézé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org