Navigation – Plan du site
ÉTUDES ET ESSAIS

Les masques de la mémoire

Essai sur la fonction des peintures corporelles jivaro
Anne-Christine Taylor
p. 223-248

Résumés

Bien qu’ils aient aujourd’hui abandonné la plupart des éléments de leur costume traditionnel, les Indiens de culture jivaro continuent de s’orner le visage de motifs géométriques tracés avec un pigment rouge. L’article cherche à éclairer les raisons de la persistance de cette pratique, en s’attachant à analyser le rapport entre la peinture corporelle et la manière jivaro de construire une certaine forme d’identité. L’auteur montre que les motifs peints renvoient à une configuration articulant deux relations agonistiques ritualisées, celle d’une part qui unit et oppose un homme à ses égaux (c’est-à-dire à d’autres hommes adultes), celle d’autre part qui oppose et fusionne un vivant et un mort. Cette figure relationnelle complexe, indexée par les peintures faciales, permet d’engendrer un type de sujet fortement individualisé défini par sa disposition à confronter autrui et perçu comme typiquement jivaro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Christine Taylor, « Les masques de la mémoire », L’Homme, 165 | 2003, 223-248.

Référence électronique

Anne-Christine Taylor, « Les masques de la mémoire », L’Homme [En ligne], 165 | janvier-mars 2003, mis en ligne le 27 mars 2008, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/204 ; DOI : 10.4000/lhomme.204

Haut de page

Auteur

Anne-Christine Taylor

École normale supérieure-CNRS, Équipe de recherche en ethnologie amérindienne, Villejuif.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org