Navigation – Plan du site
ÉTUDES ET ESSAIS

Warburg anthropologue ou le déchiffrement d’une utopie

De la biologie des images à l’anthropologie de la mémoire
Carlo Severi
p. 77-128

Résumés

Nous avons tenté de montrer que les recherches longtemps réunies sous le nom de biologie de l’art ont constitué les racines oubliées de la pensée anthropologique d’Aby Warburg. Connues par lui en 1895-1896, ces perspectives nourrissent encore en 1927, à la fin de sa vie, sa réflexion. À partir de l’analyse ethnographique de la représentation des noms propres dans le Sepik, nous avons ensuite montré que, pour tenter de déchiffrer l’utopie dont témoigne sa pensée – formuler une anthropologie de la mémoire sociale telle qu’elle se fonde sur les traditions iconographiques –, il est nécessaire de reprendre, d'un point de vue critique, la méthode morphologique de la biologie de l'art, et sa manière de reconstruire les opérations mentales impliquées par le déchiffrement des images.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carlo Severi, « Warburg anthropologue ou le déchiffrement d’une utopie », L’Homme, 165 | 2003, 77-128.

Référence électronique

Carlo Severi, « Warburg anthropologue ou le déchiffrement d’une utopie », L’Homme [En ligne], 165 | janvier-mars 2003, mis en ligne le 27 mars 2008, consulté le 26 juin 2017. URL : http://lhomme.revues.org/199 ; DOI : 10.4000/lhomme.199

Haut de page

Auteur

Carlo Severi

CNRS-EHESS, Laboratoire d’anthropologie sociale, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org