Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Histoire et épistémologie

Ashley Montagu, ed., Race and IQ Expanded Edition

Oxford, Oxford University Press, 1999 [1re éd. 1975], viii + 486 p.
Pierre Darlu
p. 345-347

Texte intégral

1La réimpression d’un livre collectif sur un sujet aussi débattu que « race et intelligence » et qui développe un argumentaire datant de plus d’un quart de siècle mérite-t-elle d’être signalée ? Diverses raisons liées à l’actualité non exclusivement scientifique poussent à répondre par l’affirmative. Tout d’abord, cette réédition constitue un hommage rendu à l’anthropologue et biologiste Ashley Montagu. Sa récente disparition, survenue en 1999, prive les sciences sociales et biologiques d’un ardent, talentueux et populaire pourfendeur du concept de race. Sur cette question épineuse, il a su mettre sa probité scientifique au service d’une cause qui, dans les années 1930 et 1940, était loin d’être gagnée d’avance. Son livre Man’s Most Dangerous Myth : The Fallacy of Race, publié en 1942, en porte le témoignage1. Une autre justification à cette réédition tient, paradoxalement, à l’absence d’avancées scientifiques décisives sur les relations entre race et intelligence depuis l’édition originale de Race and IQ en 1975. Dans ces conditions, rendre accessible au plus grand nombre un appareil critique bien documenté et toujours valable s’avère aussi nécessaire qu’autrefois, d’autant que cette thématique est récurrente dans la littérature journalistique et dans certains médias et se trouve sporadiquement ravivée par quelques « scoops » scientifiques.

2Dans son introduction, Ashley Montagu reprend le vieux combat contre les approches simplistes et faussement intuitives des notions de race, d’héritabilité et de QI, tout en rendant justice aux pères fondateurs de la génétique statistique et de la psychométrie, respectivement Ronald A. Fisher et Alfred Binet. À la différence de certains de leurs élèves, ces derniers étaient bien conscients des limites de leurs outils. Ronald A. Fisher réalisait parfaitement que le concept statistique d’héritabilité, appliquée à l’homme, était particulièrement peu opérationnel. De son côté, Alfred Binet, dès 1909, déplorait que l’on puisse réduire l’intelligence d’un individu à une simple mesure quantitative qui, par surcroît, était le plus souvent mal utilisée.

3Les contributions de ce livre s’organisent autour de la réfutation d’un paradigme que l’on peut schématiser ainsi : 1) l’intelligence se mesure objectivement par les tests de QI ; 2) le QI est génétique à 80 %, ce pourcentage variant selon les auteurs et se basant sur l’étude des ressemblances familiales (entre jumeaux, germains, adoptés…) ; 3) les tests montrent que les Noirs ont, en moyenne, un QI inférieur à celui des Blancs ; 4) les races existent car elles sont génétiquement distinctes, comme le prouvent leurs fréquences géniques différentes. Donc : 5) les Noirs présentent des intelligences moyennes génétiquement inférieures à celle des Blancs et, corollaire, 6) puisque les différences sont génétiques, elles ne sont pas, ou peu (20 %), modifiables par des efforts éducatifs ou par l’élévation du niveau social.

4Pour démontrer l’inanité d’un tel raisonnement, Ashley Montagu rassemble 22 articles, la plupart publiés ailleurs et déjà rassemblés dans l’édition de 1975, mais difficiles à trouver. Ils forment autant de chapitres où chaque spécialiste – généticiens, psychologues, sociologues – défend son point de vue sur des positions jugées scientifiquement intenables, essentiellement celles de Arthur R. Jensen2, de ses épigones ou de ses héritiers. Ce dernier défendait « l’hypothèse non déraisonnable que des facteurs génétiques sont fortement impliqués dans des différences d’intelligence moyenne entre Noirs et Blancs »3. Quelques articles ajoutés à l’édition de 1975 s’attaquent au livre de Richard J. Herrnstein et Charles Murray, The Bell Curve, qui n’est qu’une médiatisation des thèses de Jensen4.

5Le point 1) de l’argumentaire est largement contesté par Jerome Kagan et Leon J. Kamin, dans leurs articles respectifs « The Magical Aura of the IQ » et « Behind the Curve » : ils soulèvent le fait que les items proposés dans les tests de QI ne sont pas également adaptés à toutes les classes sociales ni à toutes les cultures. Ils ne peuvent non plus mesurer à eux seuls un mécanisme aussi complexe que l’intelligence (Ashley Montagu, « The IQ Mythology »).

6Dans « Race and Intelligence », Richard C. Lewontin s’attaque au point 2) en insistant sur la nature non opérationnelle du concept d’héritabilité pour exprimer les différences entre individus ou entre groupes. David Layzer (« Heritability Analyses of IQ Scores : Science or Numerology ») renchérit en démontrant que la présence possible d’une corrélation entre les effets des gènes et de l’environnement sur le QI, ou l’absence de leur maîtrise, ne permet pas de faire des inférences sur les effets séparés des gènes et de l’environnement. Ned Block abonde dans ce sens avec « How Heritability Misleads About Race » et souligne que, même si l’on accepte la notion d’héritabilité et l’existence d’une différence de QI entre Noirs et Blancs, il reste toujours une interprétation étonnamment occultée de cette différence : puisqu’on ne peut donner un « sens » à la différence génétique de QI, il se peut très bien que cette différence, si elle existe, soit en faveur des Noirs plutôt qu’en celle des Blancs et que seules les conditions environnementales particulièrement défavorables dans lesquelles vivent les Noirs soient responsables de leur QI inférieur à ceux des Blancs. Une telle interprétation, fondée pourtant sur l’acceptation des arguments 1), 2), 3) et 4), conduit in fine à réfuter la conclusion 5) : si les conditions éducatives ou socio-économiques des Noirs s’amélioraient, l’éventuel « potentiel génétique supérieur » de leur QI pourrait alors s’exprimer et leur QI dépasser celui des Blancs ! De son côté, Urie Bronfenbrenner (« Nature with Nurture ») réfute les points 2) et 6) en passant au crible de la critique les différentes enquêtes familiales qui servent de base à l’estimation élevée de l’héritabilité du QI. Ces enquêtes permettent tout aussi bien de prouver la grande malléabilité du QI aux conditions environnementales que l’influence génétique. Plusieurs chapitres insistent également sur l’importance de l’éducation, de la qualité du milieu familial et de l’environnement affectif dans la réponse au test (Simon Biesheuvel, « An Examination of Jensen’s Theory Concerning Educability, Heritability, and Population Differences » et Urie Bronfenbrenner, « Is Early Intervention Effective ? Some Studies of Early Education in Familial and Extra-Familial Settings »).

7Enfin, plusieurs chapitres ajoutés en 1995 proposent des critiques scientifique, politique et sociologique totalement dévastatrices du livre The Bell Curve : c’est le cas d’Alan Ryan (« Bad Science, Worse Politics »), de Charles Lane (« The Tainted Sources of The Bell Curve »), ou encore de C. Loring Brace (« “Science” in the Service of Racism »).

8Bien que Race and IQ n’échappe pas à certaines redondances, ce qui est souvent le prix à payer dans un ouvrage collectif, son mérite est de condenser en un volume accessible les meilleurs articles critiques sur une querelle qui intéressera maintenant davantage les historiens et les sociologues, que les scientifiques eux-mêmes. Finalement, et comme le démontre si bien ce livre, la science n’a plus grand-chose à ajouter sur le sujet, bien qu’elle soit toujours autant sollicitée.

Haut de page

Notes

1 Ashley Montagu, Man’s Most Dangerous Myth : The Fallacy of Race, New York, Columbia University Press, 1942.
2 Cf. Arthur R. Jensen, « How much can we boost IQ and scholastic achievement ? », Harvard Educational Review, 1969, 19: 1-123.
3 Ibid. : 82.
4 Richard J. Herrnstein & Charles Murray, The Bell Curve : Intelligence and Class Structure in American Life, New York, Free Press, 1994.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Darlu, « Ashley Montagu, ed., Race and IQ Expanded Edition », L’Homme, 167-168 | 2003, 345-347.

Référence électronique

Pierre Darlu, « Ashley Montagu, ed., Race and IQ Expanded Edition », L’Homme [En ligne], 167-168 | 2003, mis en ligne le 11 septembre 2008, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/19592

Haut de page

Auteur

Pierre Darlu

CNRS, Inserm, Génétique épidémiologique et structure des populations humaines, Villejuif.

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org