Navigation – Plan du site
ÉTUDES ET ESSAIS

La consanguinité

Horizon indépassable de la raison parentaire ?
Emmanuel Désveaux
p. 105-124

Résumés

L'article propose une brève épistémologie des études de parenté -- lesquelles occupent une place centrale au sein de la discipline anthropologique -- afin d'en faire ressortir une des constantes les plus inattendues : le recours insistant à la notion de consanguinité. On doit se demander cependant dans quelle mesure celle-ci possède une pertinence universelle ou n'est pas plutôt dérivée de notre sens commun. L'itinéraire proposé débute avec Lewis H. Morgan pour rejoindre, par l'intermédiaire de William H. R. Rivers, Claude Lévi-Strauss qui met ouvertement l'accent sur l'alliance, autrement dit sur la matrimonialité. Il salue au passage la figure de Alfred L. Kroeber qui très tôt s'est méfié de toute interprétation par trop exclusivement sociologique des faits de parenté et, notamment, de la nomenclature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Désveaux, « La consanguinité », L’Homme, 164 | 2002, 105-124.

Référence électronique

Emmanuel Désveaux, « La consanguinité », L’Homme [En ligne], 164 | octobre-décembre 2002, mis en ligne le 14 juin 2003, consulté le 23 août 2017. URL : http://lhomme.revues.org/191 ; DOI : 10.4000/lhomme.191

Haut de page

Auteur

Emmanuel Désveaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org