Navigation – Plan du site
ÉTUDES ET ESSAIS

La projection morcelée

Fragments de films, intermédiaires et public dans un cinéma de Bombay
Emmanuel Grimaud
p. 81-104

Résumés

Les analyses anthropologiques de la projection en Inde préjugent bien souvent du face à face entre le cinéma et son public sans s'interroger véritablement sur ses modalités d'organisation. Le spectateur indien oscillerait entre deux formes extrêmes de reconnaissance, tantôt victime de l'illusion cinématographique, tantôt récepteur cynique. Raja Filmwala, une petite salle de cinéma à Bombay, qui projette des « bouts » de films, oblige à reconstruire les théories de la projection les plus courantes dans le domaine indien. Si celles-ci réduisent le phénomène de projection -- constellation dynamique -- à une simple relation à deux termes, la méthode suivie ici consiste à adopter plusieurs « traceurs » (les intermédiaires, la pellicule, le ticket, le spectateur) afin de recomposer l'événement à la fois dans sa continuité et dans sa nouveauté par rapport aux étapes antérieures du processus d'élaboration cinématographique. Il s'agit de saisir en fin de compte la contrainte que la projection exerce, comme une « donnée préalable », sur le processus dans son intégralité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Grimaud, « La projection morcelée », L’Homme, 164 | 2002, 81-104.

Référence électronique

Emmanuel Grimaud, « La projection morcelée », L’Homme [En ligne], 164 | octobre-décembre 2002, mis en ligne le 14 juin 2003, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/190 ; DOI : 10.4000/lhomme.190

Haut de page

Auteur

Emmanuel Grimaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org