Navigation – Plan du site
COMPTES RENDUS
Asie

Georges Condominas & Claude Gaudillot, La Plaine de Vientiane : étude socio-économique | Georges Condominas, Le Bouddhisme au village Vak sonnabok, notes ethnographiques sur les pratiques religieuses dans la société rurale lao (plaine de Vientiane)

Paris, P. Geuthner & Seven Orients, 2000, 310 pages | Édition bilingue français-lao, trad. en lao par Saveng Phinit, Vientiane, Éditions des Cahiers de France, 1998, 230 pages
Bernard Formoso
p. 284-285
Référence(s) :

Georges Condominas & Claude Gaudillot, La Plaine de Vientiane : étude socio-économique. Paris, P. Geuthner & Seven Orients, 2000, 310 p., fig., tabl., carte, pl.

Georges Condominas, Le Bouddhisme au village Vak sonnabok, notes ethnographiques sur les pratiques religieuses dans la société rurale lao (plaine de Vientiane), Édition bilingue français-lao, trad. en lao par Saveng Phinit, Vientiane, Éditions des Cahiers de France, 1998, 230 p., bibl., index, gloss., ill., pl.

Texte intégral

1La présentation groupée de ces deux textes de Georges Condominas se justifie à plusieurs égards. Tout d’abord, il s’agit de rééditions de travaux restés largement méconnus, soit qu’ils aient pris la forme d’un rapport de faisabilité à diffusion restreinte (c’est le cas de La Plaine de Vientiane), soit qu’ils aient parus dans des revues très spécialisées (c’est le cas des articles dont la réunion forme Le Bouddhisme au village). D’autre part, ces écrits ethnographiques sont l’un et l’autre issus de missions conduites dans la région de Vientiane en 1959 (trois mois), puis en 1960-1961 (quatorze mois) pour le compte de programmes de développement pilotés par le Bureau de développement de la production agricole (BDPA) ou par l’Unesco. Enfin, les aspects socioculturels lao dont ils traitent sont particulièrement complémentaires.

2L’objet de la mission que le BDPA assigne en 1959 à l’ethnologue Georges Condominas et à l’agronome Claude Gaudillot est d’étudier les formes institutionnelles les mieux adaptées à la « modernisation rurale » de la plaine de Vientiane et à l’instruction d’agents spécialisés pour conduire cette tâche. En conclusion de leur rapport, les auteurs doutent de la possibilité de mettre en place de tels moyens sans définir préalablement des objectifs de production clairs et réformer en profondeur les services laotiens de l’agriculture. Ils portent en outre un regard sans concession sur la politique coloniale française
– en matière d’éducation notamment – qui fut conduite avant que le pays n’accède à l’indépendance en 1949. Quant aux critiques qu’ils adressent au gouvernement américain (privilégier l’aide militaire, distribuer aveuglément d’importantes sommes qui profitent surtout aux élites urbaines, accroissent les inégalités et renforcent indirectement les forces adverses), elles restent d’une grande actualité.

3La Plaine de Vientiane vaut par l’acuité des remarques de ses auteurs envers les pseudo-aides au développement, mais aussi et surtout, en amont, par les éléments de connaissance qu’elle livre. On est, en effet, impressionné par la quantité et la qualité des informations que l’équipe a recueillies en trois mois seulement. Ces informations sont de nature diverse. Les plus datées ont trait à la géographie humaine, à la démographie et à l’économie de la plaine de Vientiane, même si elles offrent une excellente photographie de la région, d’autant plus appréciable qu’elle n’avait pas de précédent. Les auteurs sont même allés jusqu’à élaborer une carte administrative très précise de la plaine que la CIA s’empressera de photocopier.

4Pour leur part, les observations ethnographiques de Condominas restent encore valables aujourd’hui. Dans un style limpide qui allie à une grande qualité littéraire, précision et sens de la synthèse, l’auteur brosse un panorama très vivant des institutions lao, qu’elles relèvent de la structure administrative du pays, du village, de la famille ou de la religion bouddhique. De la même manière, il rend compte des activités de production et de transformation.

5Le second livre, Le Bouddhisme au village, sert de complément au premier, dans la mesure où il prolonge la présentation que celui-ci faisait du bouddhisme et des fonctions assumées au niveau villageois par la pagode et les bonzes. L’accent est alors mis sur les fêtes de mérites et de la collectivité, ainsi que sur l’enchâssement du culte des phi (les esprits) et du bouddhisme qui procède, selon l’auteur, d’une harmonieuse acculturation réciproque. Les paysans lao ne voient, par exemple, aucune incompatibilité entre le maintien de sacrifices sanglants, pourtant peu conformes avec l’enseignement du Bouddha, et une réelle ferveur cultuelle envers ce dernier qui est assimilé à un dieu.

6Tout comme pour La Plaine de Vientiane, Georges Condominas fit œuvre pionnière en publiant en 1968 dans les Archives de Sociologie des Religions ses « Notes sur le bouddhisme populaire en milieu rural lao », dont la présente livraison est une version remaniée : le titre et plusieurs intertitres ont été modifiés, certains passages, notes et bibliographie ont été réactualisés, un cahier de photos a été ajouté. Nuançant le point de vue dogmatique dont se satisfont trop souvent les orientalistes, il fut le premier à s’intéresser à la manière dont la base rurale de la société lao adaptait le bouddhisme à ses préoccupations immédiates. Ce faisant, comme le note François Bizot, l’un des initiateurs de cette réédition avec Yves Goudineau, « il inaugura […] une nouvelle tradition de recherche qui rompait avec l’esprit édifiant et rationalisant des commentateurs de la doctrine » (p. 21).

  • 1 André Leroi-Gourhan, « Sacrifice rituel en Sorbonne », in Orients. Pour Georges Condominas, Paris, (...)

7Finalement, André Leroi-Gourhan était parfaitement fondé lorsqu’il regrettait que les deux rapports dont il vient d’être question n’aient pas touché une audience plus large1. On ne peut que saluer les bonnes volontés qui ont permis d’exaucer un tel vœu et facilitent l’accès à ces fondamentaux de l’ethnographie du Laos.

Haut de page

Notes

1 André Leroi-Gourhan, « Sacrifice rituel en Sorbonne », in Orients. Pour Georges Condominas, Paris, Sudestasie/Toulouse, Privat, 1981: 25-28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Formoso, « Georges Condominas & Claude Gaudillot, La Plaine de Vientiane : étude socio-économique | Georges Condominas, Le Bouddhisme au village Vak sonnabok, notes ethnographiques sur les pratiques religieuses dans la société rurale lao (plaine de Vientiane) », L’Homme, 166 | 2003, 284-285.

Référence électronique

Bernard Formoso, « Georges Condominas & Claude Gaudillot, La Plaine de Vientiane : étude socio-économique | Georges Condominas, Le Bouddhisme au village Vak sonnabok, notes ethnographiques sur les pratiques religieuses dans la société rurale lao (plaine de Vientiane) », L’Homme [En ligne], 166 | avril-juin 2003, mis en ligne le 08 septembre 2008, consulté le 23 juin 2017. URL : http://lhomme.revues.org/18843

Haut de page

Auteur

Bernard Formoso

Université Paris-X, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Nanterre.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org