Navigation – Plan du site
COMPTES RENDUS
Amériques

André Corten & Ruth Marshall-Fratani, eds, Between Babel and Pentecost. Transnational and Pentecostalism in Africa and Latin America

Bloomington, Indiana University Press, 2001, xi + 311 p., bibl., index
Pierre-Joseph Laurent
p. 266-267

Texte intégral

1Depuis deux décennies, une nouvelle vague pentecôtiste, essentiellement urbaine, connaît une expansion sans précédent, estimée à près de cent millions de fidèles. André Corten et Ruth Marshall-Fratani, s’ils nous donnent ici l’opportunité de prendre connaissance des travaux de quelques-uns des meilleurs observateurs du pentecôtisme contemporain, nous offrent en outre un ouvrage original, de qualité, empiriquement fondé par des recherches de terrain et un ensemble d’hypothèses fortes qui permettent la comparaison du phénomène religieux entre des pays d’Amérique du Sud, des Caraïbes et de l’Afrique.

2Ce qui frappe à la lecture des contributions consacrées aux pentecôtismes au Brésil, au Mexique, à Haïti, en Afrique du Sud, au Ghana, au Burkina Faso, au Nigeria…, par-delà l’extrême variabilité, c’est la relative similitude, d’une part, dans l’expression de la souffrance par la symbolique du corps possédé des fidèles affligés et soulagés grâce à l’exorcisme que pratiquent les religieux, et, d’autre part, dans l’appropriation de la Bible, non à travers l’intellection savante, mais par l’expérience personnelle de la puissance divine et l’émotion de la communauté croyante. L’hypothèse principale est que le pentecôtisme, qui implique chez les fidèles le sentiment d’appartenir à une communauté transnationale, produit des ressources inédites pour trouver de nouveaux chemins dans un moment particulier de réforme de la culture, celle qui est liée à la modernité globalisée. Le contexte de l’analyse est celui de l’urbanisation et donc aussi celui du passage du village à la ville, qui implique un changement de logique, transitant d’une situation où on se connaît personnellement, à celle d’un anonymat qui conduit à une certaine atomisation du social.

3La nouvelle vague du pentecôtisme s’attache moins à une lecture fondamentaliste de la Bible qu’à l’émotion dans la fusion individuelle avec Dieu par l’expérience du baptême de l’Esprit. À la vision des premières générations de pentecôtistes « retirés d’un monde » qu’ils considéraient comme impur et dont il fallait se distancier afin de s’abstenir de participer à ce pourrissement, la doctrine de la prospérité oppose un nouvel imaginaire, celui d’être « dans le monde ». Il relie désormais le fidèle au monde qui l’entoure par la croyance de l’intervention divine dans la prospérité et la guérison. Alors que la source de la mauvaise fortune repose sur la manipulation magique d’un monde occulte, le converti a le sentiment de prendre part à la guerre spirituelle, titanesque, entre les forces du Démon et du Bien, laquelle s’articule au contexte de globalisation de la modernité tardive. C’est dans ce sens que la doctrine et la pratique pentecôtistes offrent une ouverture sur le monde que la modernité promet. Cette ouverture porte sur une transformation radicale du « moi » et une nouvelle identité collective qui semble délivrer « des biens » dans un contexte où la participation de beaucoup à la consommation et l’accès aux richesses se réduisent souvent à une « vitrine ». Par la conversion, la transformation du monde à un niveau individuel produit l’imaginaire nécessaire à une inspiration qui devrait conduire le fidèle à croire qu’une autre vie est possible, là où la forme collective du changement s’exprime dans la « guerre contre Satan ».

4On le comprend, une qualité de l’ouvrage, et non des moindres, est de proposer l’analyse décalée, et donc non exclusive, d’une explication de ce phénomène religieux en termes de duperie des fidèles victimes d’entreprises d’enrichissement dirigées par des businessmen sans scrupules, ou encore d’un cadre de stratégies internationales où les États-Unis interviendraient dans le financement de ces mouvements. Certes, l’argent occupe une place notoire dans la manière pentecôtiste de comprendre le monde. Les auteurs proposent de le traiter dans sa fonction symbolique et comme un exemple de l’ambivalence inhérente au discours pentecôtiste. En effet, le fidèle ne pourrait jamais être définitivement sûr d’être totalement libéré de l’influence du Démon, compris ici dans le sens d’une possession par le démon du vol, de l’avarice ou la jalousie. Le rituel public de délivrance – soit des forces liées au monde occulte, manipulées par des êtres malveillants – n’exprime pas uniquement une carence morale, mais la participation de l’individu à la lutte globale contre les forces de l’ombre.

5L’intérêt de ce travail réside également dans la capacité des auteurs à ne pas se laisser abuser par les similitudes évoquées pour parvenir à rendre compte, dans un même mouvement, de la nature plurielle de la forme commune d’un pentecôtisme transnationalisé. En d’autres termes, chaque société investit le pentecôtisme de sa propre signification. Dès lors, la difficulté fut de parvenir à rassembler, en les rendant comparables, des contributions qui portent, d’une part, sur des sociétés où la nature de l’État diffère grandement, comme entre l’Amérique du Sud, les Caraïbes et l’Afrique, et, d’autre part, sur des régions où la croissance récente du pentecôtisme, comme en Afrique francophone, lieu où il fut historiquement dominé par le catholicisme, contraste avec les pays d’Afrique anglophone où il est la religion dominante. La notion de bricolage est le concept qui exprime le mieux l’habilité du pentecôtisme à forger un rapprochement entre le global et le local. La conversion reste avant tout une expérience intime de l’émotion où le fidèle cherche à obtenir une renaissance (born again), dans le sens de l’invention progressive d’un nouveau projet existentiel. C’est aussi un moment de grande liberté personnelle, de prise de pouvoir sur soi et d’analyse des anciens rapports entretenus avec le monde du passé ; il porte sur des compositions hybrides de formes, d’images, d’idées et sur l’ouverture et la fermeture vers d’autres repères identitaires. Ce travail de l’imagination que permet la doctrine pentecôtiste induit l’émancipation du fidèle de sa condition d’avant la conversion, et la constitution d’un espace de contestation, dans lequel les individus et les groupes recherchent à annexer le monde globalisé à l’intérieur de leurs propres pratiques de la « modernité ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Joseph Laurent, « André Corten & Ruth Marshall-Fratani, eds, Between Babel and Pentecost. Transnational and Pentecostalism in Africa and Latin America », L’Homme, 166 | 2003, 266-267.

Référence électronique

Pierre-Joseph Laurent, « André Corten & Ruth Marshall-Fratani, eds, Between Babel and Pentecost. Transnational and Pentecostalism in Africa and Latin America », L’Homme [En ligne], 166 | avril-juin 2003, mis en ligne le 08 septembre 2008, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/18733

Haut de page

Auteur

Pierre-Joseph Laurent

Université catholique de Louvain.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org