Navigation – Plan du site
ÉTUDES ET ESSAIS

Les retrouvailles anachroniques d’une communauté avec son fondateur

Saintes reliques et définitions territoriales dans la région de Limoges
Odile Vincent
p. 79-106

Résumés

Depuis l'année 994, une quinzaine de villes et villages autour de Limoges exhibent somptueusement les crânes-reliques de saints qu'ils honorent en tant qu'ancêtres communs et fondateurs de leurs communautés. Depuis le xviie siècle et la Contre-Réforme, ces fêtes ostensionnaires sont renouvelées régulièrement tous les sept ans. Les rites de dévotions aux saints patrons consistent ici à construire un lien étroit, organique, entre l'espace géographique et politique de vie (le terroir communal) et une entité transcendante à la fois divine et humaine (le saint), « objectifiée » dans une relique ; ils apportent une dimension transcendantale au terroir qui le fonde en territoire, au sens fort du terme. En vénérant leurs saints, les gens construisent leur propre interlocuteur divin et conservent ainsi, face à l'Église, la maîtrise du rite religieux qui leur permet d'élaborer symboliquement une souveraineté sociale qu'ils revendiquent aussi sur le mode politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Vincent, « Les retrouvailles anachroniques d’une communauté avec son fondateur », L’Homme, 163 | 2002, 79-106.

Référence électronique

Odile Vincent, « Les retrouvailles anachroniques d’une communauté avec son fondateur », L’Homme [En ligne], 163 | juillet-sptembre 2002, mis en ligne le 03 juillet 2007, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lhomme.revues.org/173 ; DOI : 10.4000/lhomme.173

Haut de page

Auteur

Odile Vincent

Mission du patrimoine ethnologique, Ministère de la Culture, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org