Navigation – Plan du site
ÉTUDES ET ESSAIS

Le berceau de la langue

John Millington Synge aux îles d’Aran
Daniel Fabre
p. 19-50

Résumés

Envoyé par son aîné, Yeats, aux îles d’Aran, en 1898, le jeune John M. Synge va vivre en quatre séjours l’expérience ethnographique fondatrice de son œuvre littéraire. Son récit rend compte d’une progressive découverte qui rebondit en fonction des impressions qu’il éprouve et des enseignements qu’il reçoit de ses informateurs. Ainsi passe-t-il d’un très intense exercice du regard à une absorption dans la langue gaélique des vieux conteurs « aveugles » qui l’accueillent dans leur mythologie en lui assignant le rôle d’un nouvel Œdipe, héros de la parfaite connaissance. Tout ceci loin du monde inaccessible et redoutable des femmes-fées. Synge s’arrachera finalement à ce modèle, découvrira pleinement la réalité du complexe de langues et de cultures qui fait la différence aranaise et dépassera, par son théâtre, l’antinomie séculaire du voir et du savoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Fabre, « Le berceau de la langue », L’Homme, 163 | 2002, 19-50.

Référence électronique

Daniel Fabre, « Le berceau de la langue », L’Homme [En ligne], 163 | juillet-sptembre 2002, mis en ligne le 03 juillet 2007, consulté le 28 mars 2017. URL : http://lhomme.revues.org/171 ; DOI : 10.4000/lhomme.171

Haut de page

Auteur

Daniel Fabre

EHESS, CNRS-LAIC, Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org