Navigation – Plan du site
ÉTUDES ET ESSAIS

La monnaie contre la marchandise

André Orléan
p. 27-48

Résumés

Cet article propose une réflexion sur la nature de la monnaie, menée par un économiste hétérodoxe sur la base d’une lecture critique de certains des modèles qu’a proposés la théorie économique. Notre thèse centrale est que la relation monétaire est un rapport social radicalement distinct et opposé dans sa logique profonde au rapport marchand. Plus spécifiquement, la monnaie comme « expression de la totalité sociale » est l’hypothèse que cet article cherche à élaborer et préciser. La nature holiste de la monnaie est ce qui permet de comprendre les difficultés récurrentes que rencontre la théorie économique, par nature individualiste, à appréhender le phénomène monétaire. Parce que dans la monnaie se joue un rapport au groupe tout entier, l’approche contractualiste ne peut réussir à en rendre compte de manière pertinente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Orléan, « La monnaie contre la marchandise », L’Homme, 162 | 2002, 27-48.

Référence électronique

André Orléan, « La monnaie contre la marchandise », L’Homme [En ligne], 162 | avril-juin 2002, mis en ligne le 03 juillet 2007, consulté le 21 août 2017. URL : http://lhomme.revues.org/155 ; DOI : 10.4000/lhomme.155

Haut de page

Auteur

André Orléan

École normale supérieure, Centre d’études prospectives d’économie mathématique appliquées à la planification, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org