Navigation – Plan du site
COMPTES RENDUS
Asie

Gérard Toffin, Entre hindouisme et bouddhisme : la religion néwar, Népal

Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, 2000, 141 p., annexes, gloss., pl.-ph. (« Publications de l’Institut orientaliste de Louvain »)
Chiara Letizia
p. 277-278

Texte intégral

1Ce livre offre une vue générale de la religion des Néwar, population composite issue de vagues d’immigration successives dans la vallée de Katmandou. Les Néwar parlent une langue tibéto-birmane, le newari, mais l’influence civilisatrice de l’Inde sur leur culture a été déterminante.

2L’auteur tente ici de combler une lacune de la recherche sur la religion et la société néwar. Faisant suite à de nombreux travaux qui en ont analysé certaines caractéristiques en détail, ce livre présente une synthèse des traits les plus saillants de l’ensemble religieux néwar en se voulant accessible au grand public.

3Ayant occupé, durant l’année 1999, la chaire Satsuma d’études bouddhiques à l’Université de Louvain-la-Neuve, Gérard Toffin s’est fixé pour objectif de donner aux étudiants une idée de cette religion complexe, ce qui explique la forme pédagogique de l’ouvrage. Celui-ci part des concepts fondamentaux pour aboutir à une réflexion approfondie sur un des thèmes essentiels de cette culture. L’auteur apporte tout d’abord des éléments de connaissance indispensables concernant l’histoire des études néwar, celle des Néwar et de leurs anciens rois, celle de leurs mythes, de leur structure sociale et de leurs spécialistes religieux. Ainsi le lecteur est-il en mesure d’aborder le thème essentiel du livre, à savoir les relations entre le bouddhisme et l’hindouisme au sein de la culture néwar, avec d’un côté la concurrence et les différences doctrinales, et de l’autre les emprunts, les influences et les adaptations réciproques.

4La présence simultanée de l’hindouisme et du bouddhisme apparaît d’emblée quand on observe la structure sociale néwar, laquelle présente une double hiérarchie. En effet, à de hautes castes hindoues font face de hautes castes bouddhistes. Toutefois cette distinction s’atténue au sein des castes moins élevées où il devient difficile de distinguer ce qui est proprement bouddhiste de ce qui est hindou, tant les cultes et les concepts sont imbriqués. Le critère décisif qui permet de définir l’affiliation confessionnelle est celui du prêtre officiant lors des rituels domestiques : les castes hindoues (s´ivamargi) font appel à des brahmanes, tandis que les castes bouddhistes (buddhamargi) s’adressent à des prêtres spécialistes des rituels tantriques bouddhistes.

5Le sujet choisi par Gérard Toffin comme fil conducteur de l’ouvrage est une caractéristique fondamentale de la culture néwar. En effet, la cohabitation, pendant deux millénaires, de l’hindouisme et du bouddhisme dans la vallée de Kathmandou a entraîné des adaptations réciproques si importantes que, malgré sa dualité fondamentale, la religion néwar a acquis une véritable unité. L’auteur explique notamment comment le tantrisme a joué un rôle de « terrain de rencontre » et a contribué à l’émergence d’un système religieux commun, l’un des plus beaux exemples de syncrétisme en Asie du Sud.

6Non seulement Gérard Toffin livre quantité d’informations, mais il fournit également un grand nombre de repères quant aux différentes approches méthodologiques. Il incite de la sorte à ne pas se cantonner à l’approche ethnologique, qui est celle du « temps présent », et à accorder à l’histoire une grande importance dans l’explication des fait actuels. C’est ainsi que le passé glorieux des rois néwar Malla, qui ont régné pendant cinq siècles malgré les changements de dynastie internes, n’a pas été sans influer sur la religion de la Vallée.

7Cette multiplicité d’approches concourent à rendre visibles différents aspects de cet immense domaine d’étude. L’analyse des textes, par exemple, met en évidence les emprunts de l’hindouisme classique et du bouddhisme à la religion néwar « savante ». L’analyse historique montre la genèse des croyances et des rituels et y décèle les influences indiennes qui se sont inscrites dans des contextes historiques précis : le Népal a adopté ces apports extérieurs en les adaptant et en proposant des synthèses inédites qui échappent aux chercheurs qui se limitent à l’étude des textes canoniques. Enfin, l’analyse sociologique dévoile une autre composante de la religion, loin des problèmes de doctrine : l’indissociabilité de la religion néwar et des règles sociales qui la sous-tendent : « Nous sommes, écrit l’auteur, dans un type de religion où les rituels visent à intégrer les fidèles à un ordre socio-cosmique totalisant que président les puissances surnaturelles » (p. 54).

8Si l’utilité de ce livre pour tout étudiant voulant découvrir la religion néwar est évidente, soulignons également qu’il possède une valeur méthodologique exemplaire pour les spécialistes de ce domaine. Offrir une synthèse simple et claire d’une religion aussi complexe n’est pas chose aisée ; il fallait à cette tâche un chercheur ayant consacré la majeure partie de son activité à l’étude de la société néwar, et s’y consacrant encore. Enfin, l’ouvrage fournit d’utiles considérations générales qui permettent d’étendre le champ d’investigation à d’autres cultures en le replaçant dans le vaste ensemble des religions de l’Asie du Sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chiara Letizia, « Gérard Toffin, Entre hindouisme et bouddhisme : la religion néwar, Népal », L’Homme, 163 | 2002, 277-278.

Référence électronique

Chiara Letizia, « Gérard Toffin, Entre hindouisme et bouddhisme : la religion néwar, Népal », L’Homme [En ligne], 163 | juillet-sptembre 2002, mis en ligne le 10 juillet 2007, consulté le 27 avril 2017. URL : http://lhomme.revues.org/12621

Haut de page

Auteur

Chiara Letizia

Université de Rome La Sapienza, Département d’histoire des religions, Rome.

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org