Navigation – Plan du site
CHRONIQUE & À PROPOS

Croire aux arts premiers

Gaetano Ciarcia
p. 339-352

Résumé

S'il existe entre la notion de « créance » et celle de « croyance » un lien sémantique, celui-ci semble également à l'oeuvre dans la valorisation, par les sociétés industrialisées, de créations artistiques perçues comme primitives ou primordiales. Cette forme de réception a parfois été interprétée comme l'acquittement d'une dette. Des nations anciennement dominées, voire colonisées, seraient devenus des sujets créanciers; la condescendance, le mépris ou l'engouement se seraient mués en admiration pour les trésors dont elles furent les détentrices. Après avoir été réservée aux avant-gardes intellectuelles et artistiques, ou confinée dans les cabinets de curiosités et les collections privées, une telle propension du goût occidental pour l'exotique a récemment conquis des domaines toujours plus vastes. Le tourisme culturel dans certaines aires ethno-archéologiques, l'attirance pour les musiques et les cuisines « du monde », l'expansion d'un marché de biens « traditionnels » sont autant de phénomènes liés à une vision de l'ailleurs marquée par une dialectique entre la croyance en l'existence d'un patrimoine planétaire et l'institution de ses mises en scène.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaetano Ciarcia, « Croire aux arts premiers », L’Homme, 158-159 | 2001, 339-352.

Référence électronique

Gaetano Ciarcia, « Croire aux arts premiers », L’Homme [En ligne], 158-159 | avril-septembre 2001, mis en ligne le 12 juin 2003, consulté le 23 mars 2017. URL : http://lhomme.revues.org/116 ; DOI : 10.4000/lhomme.116

Haut de page

Auteur

Gaetano Ciarcia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org