Navigation – Plan du site
DIFFUSION RÉCEPTION

De l’excursion à Harlem au débat sur les « Noirs »

Les terrains absents de la jazzologie française
Denis-Constant Martin
p. 261-278

Résumés

Dans leur très grande majorité, les écrits français sur le jazz ont été produits « à distance », sans enquête de terrain aux États-Unis. Il semble qu’il faille en chercher la raison première dans l’exotisme qui a gouverné en France les attitudes envers le jazz. L’étude de trois récits de voyage Outre-Atlantique (effectués par Darius Milhaud en 1922, par Jean Wiéner en 1931 et par Hugues Panassié en 1938) montre que le déplacement aboutissait à confirmer des représentations déjà solidement établies des « Noirs » et de leur musique, plus qu’à mieux connaître les conditions sociales de production du jazz. L’invention du style be-bop et sa découverte en France ouvrirent, à la fin des années 40, un débat qui contribua à saper ces représentations, sans toutefois les détruire totalement. Ces discussions au cours desquelles commença d’être formulé un point de vue anthropologique et non raciste, suggèrent que les écrits français sur le jazz traitent en réalité d’abord de la société française et des perceptions du « Noir » qui y prévalent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis-Constant Martin, « De l’excursion à Harlem au débat sur les « Noirs » », L’Homme, 158-159 | 2001, 261-278.

Référence électronique

Denis-Constant Martin, « De l’excursion à Harlem au débat sur les « Noirs » », L’Homme [En ligne], 158-159 | avril-septembre 2001, mis en ligne le 25 mai 2007, consulté le 23 mars 2017. URL : http://lhomme.revues.org/112 ; DOI : 10.4000/lhomme.112

Haut de page

Auteur

Denis-Constant Martin

Fondation nationale des sciences politiques, Centre d’études et de recherches internationales, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org