Navigation – Plan du site
HOMMAGE

Pierre Smith (1939-2001)

Michel Izard
p. 7-14

Texte intégral

Pour Léonard et Moïra

1Pierre Smith a mis un terme à son retranchement du monde le 6 juin 2001, à Carignan, dans les Ardennes françaises, non loin de l’ancienne demeure maternelle de Florenville, de l’autre côté de la frontière. Il y a de cela plusieurs années, il avait fait choix d’emprunter un de ces sentiers de traverse sur lesquels l’euphorie du vagabondage peut faire oublier le risque de l’égarement.

« Attiré par les études de lettres, puis de psychologie, dans les perspectives différentes offertes alors par Jean Piaget et Jacques Lacan, j’ai finalement choisi l’ethnologie, grâce à l’oeuvre et à l’enseignement de Claude Lévi-Strauss »1.

2Pierre, qui est encore Peter, arrive à Paris en 1961, venant de Bruxelles. Après un bref passage par la Sorbonne, il acquiert sa formation d’anthropologue africaniste à la VIe section de l’École pratique des hautes études (1962-1964), auprès de Georges Balandier et de Jacques Maquet, puis de Denise Paulme et d’Éric de Dampierre, en attendant de la parfaire à Oxford (1965-1967), à Nuffield College et à l’Institute of Social Anthropology, dans le sillage d’Evans-Pritchard et de quelques autres, comme John Beattie, Godfrey Lienhardt ou Rodney Needham. C’est au cours de ces années d’apprentissage que Pierre participe aux travaux de l’équipe engagée, autour de Lucien Sebag, dans l’analyse structurale de mythes pueblos dont naîtra L’Invention du monde2. Par la suite, Pierre ne cessera de s’interroger sur la « nature des mythes », pour reprendre le titre d’un de ses articles (1973, rééd. 1974), mais ses intérêts le porteront plus électivement vers l’étude des rites et, au moment où naissent les collections « Classiques africains » et « The Oxford Library of African Literature », vers celle des littératures orales africaines, à laquelle il s’est initié en travaillant sous la direction de Denise Paulme à la constitution d’un corpus de ces littératures. 1964 : dans le cadre du programme de travail sur le Sénégal oriental du Centre de recherches anthropologiques (CRA) que Robert Gessain dirige au Musée de l’Homme, Pierre connaît sa première expérience de terrain chez les Diakhanké. 1965 : il publie « Poésie noire sans écriture », à propos de l’ouvrage d’Éric de Dampierre, Poètes nzakara, qui a inauguré en 1963 la série des « Classiques ».

3Après le temps des Diakhanké, ces « missionnaires pacifiques et prestigieux de l’islam », vient celui, beaucoup plus long (1965-1969), des Bedik, également du Sénégal oriental, qui « constituent une petite société parfaitement “animiste” et repliée sur elle-même au sommet des premiers contreforts du Fouta Djalon ». Deux cycles rituels, une initiation, des sorties de masques « représentant des principes mystiques, des catégories sociales et des types individuels », une « organisation en échelons d’âge associée à celle des travaux agricoles collectifs » : en somme, tout ce qu’il faut pour tenter d’appréhender le rite « en lui-même et pour lui-même » (Claude Lévi-Strauss), à quoi Pierre va désormais s’employer, sans oublier pour autant, loin s’en faut, la littérature. Si, à une exception près (1971), les analyses du matériel bedik tarderont à paraître (1979-1985), c’est qu’en 1966-1967, Pierre a découvert le Rwanda, à quoi l’avait préparé l’enseignement de Jacques Maquet, et qu’au Rwanda, il a fait une rencontre décisive en la personne du grand érudit Alexis Kagame. Au long de ces années, Pierre parcourt l’Afrique ; ses voyages le conduisent en Éthiopie – à Dorzé –, au Zaïre – chez les Pygmées Mbuti –, en Ouganda – chez les Karamojong –, en Tanzanie – chez les Masaï –, au Burundi.

4À partir de 1972, le travail en terrain rwandais va accaparer Pierre : « lors de plusieurs longs séjours […], j’ai pu rassembler un corpus de données sur la littérature orale, les rites, la pensée symbolique, l’histoire, etc., trop vaste pour pouvoir espérer en assumer seul le traitement exhaustif ». Cela est écrit en 1985 ; Alexis Kagame est décédé en 1981, Pierre a séjourné pour la dernière fois au Rwanda d’octobre 1982 à janvier 1983. Les enquêtes menées chez les « Grecs de l’Afrique noire » (Jan Vansina) sont à l’origine d’une importante suite de textes : Le Récit populaire au Rwanda (1975), ouvrage (présenté comme thèse préparée sous la direction d’Éric de Dampierre) dont la centaine de pages introductives constitue un très complet traité des genres littéraires africains « populaires », quelques mémorables articles, plusieurs comptes rendus, dont un (1971) consacré à l’ouvrage de Kagame, Introduction aux grands genres lyriques de l’ancien Rwanda (1969).

5Pierre est un « Nanterrois » de la première heure ; 1967, année de son entrée au CNRS, est aussi celle où il quitte le CRA pour devenir membre du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, dont la fondation par Éric de Dampierre à la Faculté des lettres et sciences humaines de Nanterre, future Université Paris X, va modifier profondément la géographie « parisienne » de la profession, sinon ce que l’on pourrait appeler sa géopolitique. Au sein du nouveau laboratoire, Pierre accepte la responsabilité, qu’il conservera jusqu’en 1979, d’une équipe d’abord appelée « Traditions et littératures de l’Ancien Monde », dont l’intitulé changera à mesure que la nature de ses objectifs évoluera. C’est dans le cadre des activités de cette équipe que Pierre Smith et Dan Sperber organisent à Chantilly, en 1973 et 1974, des journées sur « Le symbolisme dans les rites et dans le langage ». Dans le cadre du département des sciences sociales de Nanterre, Pierre, de 1967 à 1972, assure un enseignement d’initiation à l’anthropologie : « Introduction au domaine africain », « Rites et organisation sociale ». Bien d’autres interventions de Pierre dans la vie de la discipline mériteraient d’être rappelées : au titre de membre de la Recherche coopérative sur programme (RCP) « Mythes d’origine dans l’histoire et l’historiographie de l’Afrique noire » associée à Paris I, d’enseignant encore, cette fois à l’Université libre de Bruxelles (« Méthodes d’enquête ethnographique », « Encyclopédie et histoire des doctrines ethnologiques »), où Luc de Heusch l’invite au début des années 80, de membre du bureau de l’Association des classiques africains ou du conseil de rédaction de L’Homme, de coéditeur du volume d’hommage à Claude Lévi-Strauss qu’est La Fonction symbolique (1979). Par delà ces repérages institutionnels, il faudrait encore évoquer en Pierre une figure exemplaire d’une anthropologie des années 60 et 70 vécue sans honte comme une aventure intellectuelle, certes exigeante, mais aussi dispensatrice des joies de la découverte.

6L’oeuvre de Pierre s’est construite selon deux démarches conduites parallèlement. D’un côté des articles, tous d’un bonheur d’inspiration et d’expression sans égal. De l’autre, exceptionnellement nombreux, des comptes rendus, qui ont cette particularité de traiter presque tous de littérature orale africaine, de telle manière qu’au cours, approximativement, de la période 1965-1985, Pierre nous a donné une véritable chronique de cette littérature, dont la publication est aussi urgente que l’est celle des grands articles. En 1985, alors que les nuages ne cessent de s’accumuler, Pierre, dans un bilan d’ensemble de ses travaux, présente quatre ouvrages en préparation. Tout d’abord, « un livre consacré aux genres narratifs, à la pensée mythique et à la logique qui préside à la conception des personnages et de leurs fonctions, ainsi qu’aux péripéties et aux avatars dont ils sont porteurs ». Ensuite, deux contributions à l’étude des rites, à savoir une analyse du cycle rituel bedik et un recueil de textes sur les « entours » du rite : parenté à plaisanterie, interdit, « ritualisation de l’énonciation des genres poétiques oraux et des manifestations artistiques ». Enfin, « un ouvrage plus personnel sur les expériences et les réflexions d’un ethnologue confronté, de par sa vocation et son statut, à des réalités complexes en Afrique et en Europe, [dans] lequel le problèmes des racismes et des désarrois de tous bords constituera un des fils conducteurs ».

7Ce programme de travail, Pierre pensait-il encore pouvoir le mener à son terme, ou bien, dans le secret d’une lucidité qui ne l’a jamais quitté, savait-il irrémédiablement à l’oeuvre les forces qui l’entraînaient ailleurs ? Ce qui est poignant dans cette énumération de projets, sorte de perspective cavalière prise sur une vie passionnément consacrée à la recherche anthropologique – ou ethnologique, comme Pierre préférait dire –, c’est le lien qu’elle établit entre deux impensés, celui par excellence, si l’on peut ainsi dire, de notre discipline, qu’est le racisme, et celui de toute existence qu’est la somme des désarrois qu’elle sécrète. Presque jusqu’au bout, Pierre Smith aura su lutter contre les forces obscures : en 1992, il donne à L’Homme le manuscrit de son dernier et peut-être de son plus beau texte, « Les tambours du silence », paru en 1997 (n° 143).

8Écoutons encore une fois ce rire que nous voulions porteur d’un immense appétit de vivre et laissons la parole au compagnon des Ardennes, au Rimbaud d’Une saison en enfer, cité en exergue de son article « Les tambours… » : « J’écrivais des silences, des nuits, je notais l’inexprimable. Je fixais des vertiges. »

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages

1975a   Le Récit populaire au Rwanda. Paris, Armand Colin (« Classiques africains »).

1979a   La Fonction symbolique. Essais d’anthropologie réunis par Michel Izard & Pierre Smith (« Avant-propos », pp. 9-15). Paris, Gallimard (« Bibliothèque des Sciences humaines »). (Ouvrage honoré par un prix de l’Académie française). [Traduction en anglais, Between Belief and Transgression. Structuralist Essays in Religion, History and Myth. Chicago-Londres, University of Chicago Press, 1982.]

Articles de revues

1965a   « Poésie noire sans écriture » [à propos du l’ouvrage d’Éric de Dampierre, Poètes nzakara], Critique 212 : 29-42.

1965b   « Les Diakhanké. Histoire d’une dispersion », Bulletin et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 11e série, 8 (3-4) : 231-262 (Cahiers du Centre de recherches anthropologiques 4).

1965c   « Notes sur l’organisation sociale des Diakhanké. Aspects particuliers à la région de Kédougou », Bulletin et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 11e série, 8 (3-4) : 263-302 (Cahiers du Centre de recherches anthropologiques 4).

1970a   « La lance d’une jeune fille. Mythe et poésie au Rwanda », in Jean Pouillon & Pierre Maranda, s. dir., Échanges et communications (Mélanges offerts à Claude Lévi-Strauss). Paris, Mouton, II : 1380-1408.

1970b   « La forge de l’intelligence », L’Homme X (2) : 5-21.

1971a   « Les échelons d’âges dans l’organisation sociale et rituelle des Bedik », in Denise Paulme, ed., Classes et associations d’âge en Afrique de l’Ouest. Paris, Plon : 185-204.

1971b   « Mythologiques de Georges Dumézil » (en collaboration avec Dan Sperber), Annales ESC 26 (3-4) : 559-586.

1971d   « La complexité révélatrice » [à propos du livre d’Edmund Leach, Lévi-Strauss]. Sciences mars-avril : 50-51.

1972a   « Le réseau des villages diakhanké », Objets et Mondes XII (4) : 411-414.

1973a   « Principes de la personne et catégories sociales », in La Notion de personne en Afrique noire. Paris, CNRS, (« Colloques internationaux » 544) : 467-490.

1973b   « La nature des mythes », Diogène 82 : 91-108.

1973c   « Le point de vue de l’ethnologue », in L’Afrique noire. Paris, Armand Colin (« Guides de recherches de la Fondation nationale des Sciences politiques ») : 106-111.

1974a   « Des genres et des hommes », Poétique. Revue de théorie et d’analyses littéraires 19 : 294-312.

1974b   « La nature des mythes », in Edgar Morin & Massimo Piatelli-Palmerini, eds, L’Unité de l’Homme. Invariants biologique et universaux culturels. Paris, Le Seuil : 714-730.

1977a   « Ethnologie et analyse des mythes grecs », in Bruno Gentili & Giuseppe Paione, a cura di, Il Mito Greco (Atti del Convegno internazionale, Urbino 7-12 maggio 1973). Rome, Edizioni dell’Ateneo e Bizzarri : 362-369.

1977b   « Récit populaire » in Rapport pour les années 1971 à 1976.Kigali, Institut national de recherche scientifique (« Publication » 17) : 97-99.

1977c   « Like Societies, like Stories » [à propos du livre de Denise Paulme, La Mère dévorante. Essai sur la morphologie des contes africains], Times Literary Supplement, 5 August : 966.

1979b   « Aspects de l’organisation des rites », in La Fonction symbolique… : 139-170.

1979c   « Anthropologie, linguistique, étude de la littérature orale », in L’Anthropologie en France. Situation actuelle et avenir. Paris, CNRS (« Colloques internationaux » 573) : 184-189, 203-204.

1979d   « L’efficacité des interdits », L’Homme 19 (1) : 5-47.

1980a   « Naissances et destins : les enfants de fer et les enfants de beurre », Cahiers d’Études africaines. N° spécial en hommage à Denise Paulme, 19 (1-4), 73-76 : 329-352.

1980b   « L’opposition hivernage/saison sèche chez les Bedik », in Monique Gessain & Marie-Thérèse de Lestrange, eds, Tenda 1980.Paris, Société des africanistes (« Mémoires ») : 133-142.

1980c   « Positions du mythe », Le Temps de la réflexion. Paris, Gallimard, I : 61-81.

1981a   « Personnages de légendes », in La Civilisation ancienne des peuples des Grands Lacs, Colloque de Bujumbura 1979. Paris, Karthala/Bujumbura, Centre de civilisation burundaise : 244-253.

1981b   « La festa nel suo contesto rituale », in Carla Bianco & Maurizio Del Ninno, a cura di, Festa : antropologia e semiotica (Actes du Colloque de Montecatini, 1978). Florence, Nuova Guaraldi : 212-219.

1981c   « Entretiens avec l’abbé Kagame : collecte et étude des traditions orales », Recherche, Pédagogie et Culture 51 : 48-55.

1984a   « Le “Mystère” et ses masques chez les Bedik », L’Homme 24 (3-4) : 5-33.

1984b   « Stellungen des Mythos », in Claude Lévi-Strauss, Jean-Pierre Vernant et al., Mythos ohne Illusion, Francfort, Suhrkamp : 47-67.

1985a   « Aspects de l’esthétique au Rwanda », L’Homme 25 (4), 96 : 7-22.

1986   « Le souci anthropologique », L’Homme 97-98 : L’Anthropologie : état des lieux : 331-343.

1987   « L’identité historique et culturelle des Diakhanké », in Actes du 2e Colloque de Kédougou, 18-22 février 1985 : À quoi servent les études fondamentales poursuivies au Sénégal oriental depuis un quart de siècle ? Paris, Laboratoire d’anthropologie du Muséum national d’histoire naturelle (« Documents du Centre de recherches anthropologiques du Musée de l’Homme » 11) : 65-79.

1988   « Jambes-de-vent et Piège-les-jours : deux chasseurs d’autres mondes », L’Homme, 106-107 : Le Mythe et ses métamorphoses : 75-86.

1997   « Les tambours du silence », L’Homme 143 : 151-163.

Articles de dictionnaire et d’encyclopédie

1971c   « Mythes (approche ethno-sociologique) », Encyclopaedia Universalis 9 : 526-528.

1981c   « Bantous. Religion et mythes », in Yves Bonnefoy, s. dir., Dictionnaire des mythologies. Paris, Flammarion, II : 389-394.

1981d   « Royautés sacrées. Chez les Bantous de la région des Grands Lacs », in Yves Bonnefoy, s. dir., Dictionnaire des mythologies…, II : 389-394.

1985b   « Interdits (Anthropologie) », Encyclopaedia Universalis (édition refondue) 9 : 1268-1270 (inédit).

1985c   « Lévi-Strauss (Claude) », Encyclopaedia Universalis… 10 : 1154-1155.

1985d   « Mythe (approche ethnosociologique) », Encyclopaedia Universalis… 12 : 879-881 (réédition).

1985e   « Afrique noire (littératures traditionnelles d’)», in Dictionnaire des littératures, Paris, Larousse, I : 22-24.

1985f   « Achanti », « Amazinay’inka », « Araignée », « Bacwezi », « Bia », « Chaka », « Dinka chants », « Dogon », « Éleveurs (poésie des) », « Éloges des Bantous méridionaux », « Geste de Ségou », « Griot », « Ham-Bodedio », « Hlakanyana », « Hyène », « Ibisigo », « Ibyivugo », « Ijala », « Iwi », « Izibongo », « Jantol », « Kagame, A. », « Ksala », « Kilindi », « Kote-Komanyoga », « Kunene, M. », in Dictionnaire des littératures…, I : 11, 59, 91, 139, 198, 297, 452, 461, 495-496, 498, 624, 660, 680, 718, 738, 741, 746, 749, 785, 819-820, 834, 845, 851.

1986a   « Lianja », « Lièvre », « Liongo Fumo », « Luba », « Mofolo, Th. », « Muyaka », « Mvet », « Mwindo », « Nzakara (poètes) », « Oriki », « Odu-Ifa », « Orisha », « Poésie tambourinée », « Silamaka », « Soundjata », « Swahili », « Tendi », « Tige », « Tortue », « Yoruba », in Dictionnaire des Littératures. Paris, Larousse, II.

1991a   « Interdit », « Rite », « Vie (cycle de) », in Pierre Bonte & Michel Izard, eds, Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie. Paris PUF : 381-382, 630-633, 740-741.

Comptes rendus

1965d   « Compte rendu de W. H. Whiteley, A Selection of African Prose », L’Homme 5 (2) : 133-134.

1965e   « Compte rendu de H. F. Morris, The Heroic Recitations of the Bahima of Ankole », L’Homme 5 (2) : 134-135.

1965f   « CR de B. W. Andrzejewski & I. M. Lewis, Somali Poetry : An Introduction », L’Homme 5 (2) : 135.

1965g   « CR de É. de Dampierre, Poètes nzakara », L’Homme 5 (2) : 135- 136.

1966a   « CR de P. F. Lacroix, Poésie peule de l’Adamawa », L’Homme 6 (4) : 104-105.

1966b   « CR de A. I. Sow, La Femme, la vache, la foi. Écrivains et poètes du Fouta-Djalon », L’Homme 6 (4) : 105-106.

1967a   « CR de S. Babalola, The Content and Form of Yoruba Ijala », Présence africaine 63 : 254-256.

1967b   « CR de M. C. & E. Ortigues, OEdipe africain », L’Homme 7 (3) : 106-109.

1968   « CR de É. de Dampierre, Un ancien royaume Bandia du Haut-Oubangi », American Anthropologist 70 : 1208-1209.

1969a   « CR de L. de Sousberghe, Les Unions entre cousins croisés : une comparaison des systèmes du Rwanda-Burundi avec ceux du Bas-Congo », Africa 39 (4) : 431-432.

1969b   « CR de T. Cope, ed., Izibongo. Zulu Praise Poems », L’Homme 9 (1) : 105.

1969c   « CR de E. E. Evans-Pritchard, The Zande Trickster », L’Homme 9 (1) : 106.

1969d   « CR de P. Lienhardt, The Medecine Man, by Hasani bin Ismail », L’Homme 9 (1) : 106-107.

1969e   « CR de A. I. Sow, Chroniques et récits du Foûta Djalon », L’Homme 9 (1) : 107.

1969f   « CR de P. B. Gravel, Remera : A Community in Eastern Rwanda », L’Homme 9 (4) : 110-111.

1969g   « CR de H. T. Norris, Shinqiti Folk Literature and Song », L’Homme 9 (4) : 112.

1970c   « CR de A. H. Bâ & L. Kesteloot, Kaidara : récit initiatique peul », Objets et Mondes 9 (1) : 64-65.

1970d   « CR de A. Lebeuf, Les Principautés Kotoko », Objets et Mondes 10 (4) : 317.

1971e   « CR de A. Kagame, Introduction aux grands genres lyriques de l’ancien Rwanda », L’Homme 11 (1) : 112-113.

1971f   « CR de A. Coupez & T. Kamanzi, Littérature de cour au Rwanda », L’Homme 11 (1) : 113.

1971g   « CR de P. Mufuta, Le Chant kàsàla des Luba », L’Homme 11 (3) : 118.

1971h   « CR de R. Finnegan, Oral Literature in Africa », L’Homme 11 (3) : 119-120.

1971i   « CR de G. de Goustine, Contes sous la croix du sud », L’Homme 11 (3) : 120.

1971j   « CR de C. Meillassoux, L. Doucouré & D. Simagha, Légende de la dispersion des Kusa (Épopée soninké) », L’Homme 11 (3) : 120.

1971k   « CR de J. Scelles-Millie, Contes arabes du Maghreb », L’Homme 11 (3) : 120-121.

1971l   « CR de F. N’Sougan Agblemagnon, Sociologie des sociétés orales d’Afrique noire », L’Homme 11 (3) : 121.

1972b   « CR de G. Dumézil, Mythe et épopée. II : Types épiques indo-européens, un héros, un sorcier, un roi », L’Homme 12 (2) : 145-147.

1972c   « CR de M. d’Hertefelt, Les Clans du Rwanda ancien. Éléments d’ethnosociologie et d’ethnohistoire », L’Homme 12 (3) : 140-141.

1972d   « CR de S. R. Karugire, A History of the Kingdom of Nkore in Western Uganda to 1896 », L’Homme 12 (3) : 141-142.

1972e   « CR de L. de Sousberghe, Unions consécutives entre apparentés : une comparaison de systèmes du Bas-Congo et de la région des Grands-Lacs », Africa 42 (1) : 73-74.

1972f   « CR de D. P. Kunene, Heroic Poetry of the Basotho », L’Homme 12 (3) : 143.

1975b   « CR de M. Damane & P. B. Sanders, Lithoko. Sotho Praise-Poems », L’Homme 15 (3-4) : 198-199.

1976a   « CR de W. A. Shack & H. B. Marcos, Gods and Heroes : Oral Traditions of the Gurage of Ethiopia », L’Homme 16 (1) : 158-159.

1976b   « CR de F. M. Deng, The Dinka and their Songs », L’Homme 16 (2-3) : 159-160.

1976c   « CR de S. Ruelland, La Fille sans mains : analyse de dix-neuf versions africaines du conte type 706 », L’Homme 16 (2-3) : 161.

1976d   « Cr de C. Faik-Nzuji, Kasala, chant héroïque luba », L’Homme 16 (2-3) : 161.

1977d   « CR de D. Ben-Amos, Sweet Words. Storytelling Events in Benin », L’Homme 17 (1) : 136-137.

1977e   « CR de T. Ndong Ndoutoume, Le Mvett », L’Homme 17 (1) : 136-137.

1977f   « CR de K. Kavutirwaki, Contes folkloriques nande », L’Homme 17 (1) : 137-138.

1977g   « CR de Y. Bastin, Bibliographie bantoue sélective », L’Homme 17 (1) : 138-139.

1979e   « CR de C. Faik-Nzuji, Devinettes tonales tusumwinu », L’Homme 19 (2) : 92-93.

1979f   « CR de F. Rodegem, Documentation bibliographique sur le Burundi », L’Homme 19 (2) : 95.

1980d   « CR de D. W. Cohen, Womunafu’s Bunafu : A Study of Authority in a Nineteenth-Century African Community », L’Homme 20 (1) : 136-137.

1980e   « CRde A. Al-Shahi & F. C. Moore, Wisdom from the Nile », L’Homme 20 (1) : 179.

1980f   « CR de R. Willis, There Was a Certain Man : Spoken Art of the Fipa », L’Homme 20 (2) : 145-146.

1980g   « CR de C. Hodza & G. Fortune, Shona Praise Poetry », L’Homme 20 (2) : 146-147.

1980h   « CR de L. Todd, Some Day Been Dey : West African Pigdin Folktales », L’Homme 20 (2) : 147-148.

1987a   « CR de P. Crépeau, Parole et sagesse : valeurs sociales dans les proverbes du Rwanda », L’Homme 101 : 170.

1987b   « CR de Said S. Samatar, Oral Poetry and Somali nationalism », L’Homme 101 : 171.

1988   « CRde G. Charachidzé, Prométhée ou le Caucase », L’Homme 106-107 : 319-324.

Haut de page

Notes

1. Je donne la parole à Pierre Smith à travers des citations extraites de ses rapports d’activité. La bibliographie ci-après a été établie à partir de celle figurant dans le dossier des Titres et travaux adressé en 1985 à la section 33, «Anthropologie, ethnologie, préhistoire», du Comité national de la recherche scientifique à l’appui d’une candidature au grade de directeur de recherche. Je remercie pour leur aide Madeleine Mukamabano, ainsi que Marie-Claude Maurel, Gérard Lenclud, Catherine Houari (CNRS, Département des sciences de l’homme et de la société), Manga Bekombo Priso, Marie-Dominique Mouton (Université Paris X, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative).
2. Lucien Sebag, L’Invention du monde chez les Indiens Pueblos. Paris, François Maspero («Bibliothèque d’anthropologie»), 1971, préface de Claude Lévi-Strauss; cf. aussi l’avertissement liminaire à l’article de Lucien Sebag, «La geste de Kasewat», L’Homme III (2), 1963: 22-76.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Izard, « Pierre Smith (1939-2001) », L’Homme, 161 | 2002, 7-14.

Référence électronique

Michel Izard, « Pierre Smith (1939-2001) », L’Homme [En ligne], 161 | janvier-mars 2002, mis en ligne le 03 juillet 2007, consulté le 18 août 2017. URL : http://lhomme.revues.org/11161

Haut de page

Auteur

Michel Izard

CNRS, Laboratoire d’anthropologie sociale, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org