Navigation – Plan du site
UNE ESTHÉTIQUE PARADOXALE

La drogue du jazz

Francis Hofstein
p. 231-238

Résumés

Vibration de l’air, la musique est sans contenu, signifiant pur. Elle enseigne donc la perte et le manque, ce fondement de la vie et de la culture humaines. Cela n’empêche ni le plaisir ni la jouissance qu’elle donne, ni son rapport aux droguesLa passion du jazz en est une, vivifiante, même quand elle s’accompagne d’une de ses accumulations appelée collection : domaine de l’avoir, quand la musique est de l’ordre de l’être.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Hofstein, « La drogue du jazz », L’Homme, 158-159 | 2001, 231-238.

Référence électronique

Francis Hofstein, « La drogue du jazz », L’Homme [En ligne], 158-159 | avril-septembre 2001, mis en ligne le 25 mai 2007, consulté le 18 août 2017. URL : http://lhomme.revues.org/110 ; DOI : 10.4000/lhomme.110

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org