Navigation – Plan du site
UNE ESTHÉTIQUE PARADOXALE

À jamais, à présent

Le champ jazzistique en son temps
Alexandre Pierrepont
p. 217-230

Résumés

L’objet de cet article serait de rendre compte de quelques-unes des lignes de vie de cette expérience musicale nommée « jazz », telles qu’elles se sont prolongées au cours des trois dernières décennies, particulièrement aux États-Unis. Interroger la manière avec laquelle la transmission (de parole, de présences, de jeux et d’intelligences) se fait alors et aujourd’hui, dans quelles conditions, sous quelles pressions peut-être, à partir de quels constats ou de quelles intuitions, comment en définitive elle passe et s’organise, se métamorphose, tandis que son siècle d’âge et sa quasi-homologation comme « seconde musique classique » rangent le « jazz » dans l’histoire, c’est prendre le parti du rapport à la mémoire et à l’imagination des « musiciens créateurs » eux-mêmes – pour employer une expression volontairement animatrice qui a de plus en plus cours chez les intéressés. Le temps présent du champ jazzistique est à bien des égards un temps mythologique.

Haut de page

Entrées d’index

Mots clés :

improvisation
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Pierrepont, « À jamais, à présent », L’Homme, 158-159 | 2001, 217-230.

Référence électronique

Alexandre Pierrepont, « À jamais, à présent », L’Homme [En ligne], 158-159 | avril-septembre 2001, mis en ligne le 25 mai 2007, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://lhomme.revues.org/109 ; DOI : 10.4000/lhomme.109

Haut de page

Auteur

Alexandre Pierrepont

Université Paris VII-Denis Diderot, UFR d’ethnologie, anthropologie et science des religions.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org