Navigation – Plan du site
UNE ESTHÉTIQUE PARADOXALE

Sur des erres de jazz

Xavier Daverat
p. 201-216

Résumés

Une opinion commune considère que le jazz vivrait une période de dépérissement ou de ressassement. Cette conception est d’abord basée sur une erreur qui consiste à croire que le jazz évolue uniquement au travers de relèves entre les générations, de substitutions complètes de nouveaux styles à des formes d’expression qui se démoderaient aussitôt, d’instaurations systématiques de nouveaux langages opposés à ceux qui les ont précédés. Au contraire, les caractéristiques de chaque style s’imbriquent quand les différentes générations de musiciens se côtoient, perdurent dans la mémoire et le jeu des plus jeunes interprètes. Certes, le jazz se fonde aujourd’hui sur un ensemble de codes établis qui reposent essentiellement sur des règles musicales, tant morphologiques que syntaxiques, déterminées à partir du be-bop et du hard bop, et donc déjà anciennes. Mais le jazzman peut toujours forger son identité musicienne dans ce contexte, et même repenser la tradition de cette musique (par assimilation, stratification, conciliation, ressourcement, relecture…), sans nostalgie ni inféodation à des modèles du passé.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Daverat, « Sur des erres de jazz », L’Homme, 158-159 | 2001, 201-216.

Référence électronique

Xavier Daverat, « Sur des erres de jazz », L’Homme [En ligne], 158-159 | avril-septembre 2001, mis en ligne le 25 mai 2007, consulté le 23 mars 2017. URL : http://lhomme.revues.org/108 ; DOI : 10.4000/lhomme.108

Haut de page

Auteur

Xavier Daverat

Université Montesquieu Bordeaux-IV, Faculté de droit, Bordeaux.

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org