Navigation – Plan du site
LA VIE À L’ŒUVRE

Thelonious Monk, le sculpteur de silence

Denis Laborde
p. 139-178

Résumés

Ici, je ne parle pas en spécialiste du jazz, je prends appui sur le jazz pour questionner l’anthropologie et l’usage qu'elle fait de la notion de croyance. Ici, je ne parle pas de Thelonious Monk mais de « Thelonious Monk », c'est-à-dire du pianiste et de sa réputation. Renonçant à une perspective descriptive de type immanentiste, écartant les termes de la coopération artistique comme facteur d’explication, je me tourne vers l’interaction. Comment une croyance en « Thelonious Monk » est-elle activée dans les instants ritualisés d'une mise en présence ? J’isole quelques-uns de ces instants et je scrute la formation des croyances plutôt que leur contenu. Sans s’y réduire, notre rapport à « Thelonious Monk » passe par des instances qui sont nommées. J'en ai choisi trois parmi une infinité de possibles – improvisation, intériorité, silence –, trois instances qui, loin de nous être livrées par une nature omnipotente, sont elles-mêmes le produit de nos constructions culturelles.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Laborde, « Thelonious Monk, le sculpteur de silence », L’Homme, 158-159 | 2001, 139-178.

Référence électronique

Denis Laborde, « Thelonious Monk, le sculpteur de silence », L’Homme [En ligne], 158-159 | avril-septembre 2001, mis en ligne le 25 mai 2007, consulté le 27 juin 2017. URL : http://lhomme.revues.org/106 ; DOI : 10.4000/lhomme.106

Haut de page

Auteur

Denis Laborde

CNRS, Laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org