Navigation – Plan du site
D’UN STYLE ETHNIQUE

Des “notes bleues”

De la septième de dominante et de la musique en général
Jean-François Baré
p. 101-124

Résumés

Cet article souligne la relative rareté des analyses harmoniques au sujet de l’épineux problème de la spécificité du jazz, et donc de sa naissance à partir du blues. Pour le jazz, le blues s’est construit sur la cadence tonale de l’harmonie classique, mais en en isolant l’accord de septième de dominante, porteur d’une des « notes bleues » traditionnellement repérées. À partir de là, le jazz a systématisé l’utilisation d’accords dissonants et donc de passages chromatiques en ouvrant la cadence tonale et en « détrônant » progressivement l’accord de septième. Cette ouverture est implicite dès l’utilisation par le blues des trois « notes bleues ». Cependant, ni le chromatisme, ni la syncope, ni la dissonance ne sont spécifiques du jazz qui les partage avec la musique classique ; alors qu’elle ne les utilise qu’occasionnellement, le jazz les érige en principes. Il constitue certes un corpus musical spécifique, mais est pourtant utilisateur de ressources propres à la musique en général. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles il constitue un objet anthropologique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Baré, « Des “notes bleues” », L’Homme, 158-159 | 2001, 101-124.

Référence électronique

Jean-François Baré, « Des “notes bleues” », L’Homme [En ligne], 158-159 | avril-septembre 2001, mis en ligne le 25 mai 2007, consulté le 18 août 2017. URL : http://lhomme.revues.org/104 ; DOI : 10.4000/lhomme.104

Haut de page

Auteur

Jean-François Baré

Institut de recherches et de développement, UMR Regards, Pessac.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Revues.org